Les 4400 Saison 3: leur danger grandit, l'intérêt qu'ils procurent diminue.

Publié le par Leon9000

Un bref post avait déjà été consacré aux 4400 sur ce Blog mais puisque la saison 3 s'est achevée récemment et que les 4400 ont laissé leur place à Clark Kent le Samedi Soir, voici donc l'occassion de revenir plus en détail sur une série qui avait été proche de marquer l'évènement lors de sa sortie et qui a à présent bien perdue de sa superbe.

CBS Paramount International

Où on est là? C'est fini la guerre?

4400 personnes disparaissent au cours des soixante dernières années et réapparaissent en même temps sans avoir vieilli. Avec un tel concept, les débuts de la série avaient été fructueux. L'originalité était que l'intrigue s'intéressait à la réinsertion dans la société des victimes d'enlèvements étranges plutôt que sur les enlèvements eux mêmes, consacrant ainsi une large partie à la psychologie des nombreux personnages. L'histoire permettait également l'élaboration de nombreux mystères pour une intrigue qui pouvait être le théâtre de révélations soudaines à tout moment, comme c'est assez à la mode dans les séries ces temps ci. Une réalisation d'excellente qualité et une distribution d'acteurs trés convaincante venait achever ce joli tableau toutefois déjà sali par quelques traits noirs. En effet, les scénaristes se montraient vite incapables d'assurer un suspense constant tel Lost et n'étaient guère en mesure de pouvoir tirer de l'intrigue tout son potentiel parfois maladroiteusement traité. Il en résultait un rythme d'intensité irrégulier au sein de la série et un nombre faible d'épisodes par saison. Malgré tout, la saison 2 orientait la série vers des voies intéressantes et s'il restait encore des progrés à faire, les 4400 marchaient sur la bonne voie jusqu'à ce dérapage.

Billy Campbell & Mahershalalhashbaz Ali. CBS Paramount International

Les personnages prennent une place centrale dans la série, tant mieux car leur histoire est souvent originale.

La saison 3 révèle vite le manque d'inspiration évident des scénaristes de la série. Le rythme d'intensité irrégulier des épisodes, mentionné plus haut, est içi encore plus frustrant, et on passe de l'excellente intrigue à des histoires de seconde zone qui rappellent douloureusement les intrigues des mutants de Smallville. Mais c'est surtout dans le traitement des personnages que la troisième saison va carrément dans le mur. Jusqu'à présent, malgré le nombre important des protagonistes, la série avait réussi à garder une certaine régularité dans le traitement de ces héros mais cette troisième saison opère des choix plus que maladroits dans l'évolution des personnages. Certains personnages prennent une importance qu'ils ne méritent pas, beaucoup d'autres diminuent d'intérêt et enfin certains sont carrément baclés. Sachez que durant cette saison pas un seul personnage n'a échapper à un mauvais traitement et ainsi c'est l'ensemble des protagonistes qui diminue d'intérêt, plutôt mauvais pour une série se concentrant principalement sur ces héros. Il serait rébarbatif de citer un à un tous les personnages de la série et en quoi leur évolution s'avère décevante, il convient tout de même de retenir le cas de Isabelle, le plus grand échec de la série, personnage censé être terrifiant car il est en mesure de détruire la terre entière mais qui est plutôt ridicule à chacune de ses apparitions dans son aspect de poupée barbie gâtée et pas contente. Et puis, outre le mauvais traitement des personnages, on aurait souhaiter plus d'audace, plus d'ambition dans la série qui stagne, et semble vouloir se reposer sur ses lauriers. Heureusement la réalisation reste acceptable et l'originalité de la série est toujours présente mais à ce rythme, cela risque de ne plus suffir.

Megalyn Echikunwoke & Patrick Flueger. CBS Paramount International

Les personnages sont ceux qui souffrent le plus du manque d'inspiration des scénaristes.

Il est temps de sonner l'alarme chez les 4400, la quatrième saison devra se montrer beaucoup plus audacieuse et ingénieuse pour retrouver l'énergie des débuts de la série. Il n'y a pas non plus de quoi crier à la catastrophe irrépparable comme dans Dead Zone car le potentiel de la série est bel et bien toujours là mais une évolution rapide de la série est nécessaire pour assurer son avenir. Car vu le progrés magistral et merveilleux des séries télévisées depuis quelques années, il faut faire preuve de beaucoup de savoir faire pour se maintenir au niveau et ce genre de dérapage doit être absolument rattraper pour éviter d'être laissé au second rang. Et les 4400 méritent tout de même mieux que ça.



Publié dans Séries

Commenter cet article

Ender 13/04/2007 17:26

Je fais un peu le même constat que toi. Pour l'instant, la série baisse de saison en saison. Les scénaristes essaient de d'elargir le potentiel de la série, mais ne font qu'amenuiser l'interet. Cela a tendance à devenir un mélange entre du sous X-files et du sous X-Men.
Enfin, il y a eu quand même quelques épisodes pour relevaient le niveau, comme celui de l'enlevement de Maya que j'ai trouvé excellent (malgré la fin un peu facile).