American Gangster: la guerre du Vietnam n'a pas fait couler que du sang.

Publié le par Leon9000

Si l'on devait définir la carrière de Ridley Scoot, on pourrait dire que le parcours du réalisateur alterne entre films de moindre intérêt et chefs d'oeuvres cinématographiques. Ainsi, si le cinéaste n'est pas autant un gage de qualité qu'un Steven Spielberg, lorsqu'il décide de faire un grand film il ne se moque pas du public et a déjà livré maints films qui ont marqués les esprits parmi lesquels Alien premier du nom, Blade Runner, Thelma et Louise, et bien sûr Gladiator. Après avoir fait promener Russell Crowe en France aux côtés de Marion Cottilard, le réalisateur envoie son acteur fétiche dans un film bien plus ambitieux dans lequel il s'oppose à Denzel Washington, chef de mafia ayant profité de la guerre du Vietnam pour importer des tonnes d'héroïne pure aux États Unis. Et quand Ridley Scoot fait du bon boulot, soyez sûrs qu'il s'agira d'un cinéma de grande qualité.

Denzel Washington. Paramount Pictures France

Même si elle n'est pas italienne, la mafia reste une affaire de famille.


Reconstitution impressionnante, soucis du détail, moeurs et mode de vie de l'époque: American Gangster fait parti de ces oeuvres qui vous font plonger dans un autre temps avec naturel et légèreté. Le réalisateur aime son sujet et explore les moindres recoins d'une période où l'on pouvait accumuler tant de pouvoir sans être inquiété des autorités, un concept fortement cinématographique, s'il est besoin de le dire. Porté par une réalisation grandiose alternant habillement le spectaculaire des mythes urbains et la sobriété nécessaire , le film est un mélange subtile de récit documentaire et d'oeuvre policière haletante, sans pour autant recourir à un rythme trop rapide. L'histoire se focalise avant tout sur les parcours respectifs du policier et du bandit, avec une grande précision dans la vie des personnages à tel point que l'on en vient facilement à sympathiser davantage pour le criminel, impitoyable mais gérant d'une grande famille et au parcours extraordinaire, que pour le héros, représentant de la loi mais personnage finalement assez paumé.


Même si le film n'oublie pas les nombreux méfaits du Gangster et les rappelle parfois de manière assez morbide, il n'est pas exagéré de dire que le véritable protagoniste de l'oeuvre est bien le truand et cette histoire est avant tout la sienne, plus que la lutte pour la justice c'est l'ascension par le crime qui intrigue et fascine. L'interprétation de Denzel Washington n'est sans doute pas étrangère à cette préférence, l'acteur crève l'écran dans un habile mélange entre une grande classe, beaucoup de retenue et une violente colère. La présence magistrale que confère l'acteur à son personnage met pour le coup au second rang celle de Russell Crowe, apparaissant plus réservé et moins charismatique.

Denzel Washington. Paramount Pictures France

Mise en scène formidable, interprétation excellente, scénario intelligent et réaliste: tout contribue à récréer le mode de vie de l'époque et y faire évader le spectateur.



Le soucis de la précision, le savoir de faire savoir de Ridley Scoot et l'interprétation des acteurs confèrent au récit une grande touche de naturel et de vraisemblance, le dénuant de tout manichéisme déplacé. American Gangster est un film puissant, à la fois cruel et profondément humain, long mais pourtant intense. Les 2H40 du film passent comme un éclair et l'on garde le souvenir au bout du compte d'un cinéma de qualité où payer quelques euros pour assister à une telle oeuvre sur grand écran semble pour une fois un prix bien mince.



Publié dans Films vus en salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article