Aujourd'hui dans l'émission de Stéphane Miroux, Michel Gondry vous explique la Science des Rêves.

Publié le par Leon9000

Stéphane Miroux semble à priori un parisien comme les autres, si ce n'est qu'il parle avec un fort accent mexicain. Mais Stéphane Miroux souffre de ce qu'on appelle "une distorsion du réel", autrement dit le jeune homme se trouve régulièrement dans l'incapacité de faire la différence entre ses rêves et la réalité, puisque dans sa tête ces deux éléments se mélangent sans cesse. Une situation assez compliquée que Michel Gondry prend le pari de porter à l'écran.

Gael Garcia Bernal et Charlotte Gainsbourg. Gaumont Columbia Tristar Films

Bienvenue à Stéphane TV!

Michel Gondry, le génial réalisateur français de Eternel Sunshine of the spotled mind, signe avec la science des rêves un film trés personnel aux lueurs d'autobiographie. Un aspect de l'oeuvre qui se resent beaucoup dans l'imagination du personnage principal à l'aspect trés enfantin et aux proportions démesurées où le carton et le papier forment les divers éléments dont Stéphane Miroux est le maître. Celui ci faisant sans cesse la confusion entre rêve et réalité, les éléments de l'un interviennent dans l'autre mais aussi en sens inverse! Et la grande force de la Science des rêves est ainsi qu'on ne peut jamais vraiment savoir si Stéphane vit un rêve ou est réelement éveillé, et ainsi on comprend étonnamment avec beaucoup de facilité les confusions que vit le personnage à longueur de journée puisque le spectateur ressent quasiment la même chose.

Autant dire, qu'avec un tel tour de passe passe, Michel Gondry fait trés fort car il permet ainsi au spectateur de plonger dans l'imagination de Stéphane Miroux (et donc de Michel Gondry) où les rêves du cinéaste débordent adorablement d'émotion et d'humour avec toujours une pointe d'un air délicieusement naif. Le réalisateur fait partager son imagination d'une manière particulièrement habile mais qui n'aurait été rien sans le génialissime acteur Gael Garcia Bernal qui a parfaitement endossé le costume de son personnage et dont l'accent mexicain ne fait que renforcer son décalage par rapport aux autres. Un rôle pourtant complexe que l'acteur parvient à rendre avec brio attachant. Il est ainsi le meilleur guide possible dans l'imaginaire de Gondry aux côtés d'autres acteurs charismatiques parmi lesquels Alain Chabat est peut être celui qui se démarque le plus.

Aurélia Petit, Gael Garcia Bernal, Alain Chabat et Sacha Bourdo. Gaumont Columbia Tristar Films

Des fois, Stéphane est au boulot.

Gael Garcia Bernal. Gaumont Columbia Tristar Films

Il rêve souvent.

Alain Chabat et Gael Garcia Bernal. Gaumont Columbia Tristar Films

Et parfois il fait les deux...

Toutefois, il faut bien admettre que par moments, le film se plonge tellement dans l'imagination particulière au cinéaste et donc à Stéphane Miroux qu'on peut éprouver des difficultés à vraiment cerner le personnage et à comprendre ses réactions (mais non ces émotions!). Outre cela, le seul point vraiment critiquable est une fin qui ne conclut pas vraiment l'histoire mais jusqu'au bout le film reste sur la même atmosphère de rêverie, d'émotion, d'humour et de poésie.  Ce film permet de voir comment les rêves peuvent s'insérer dans la vie réelle, avec tout ce que cela implique de nostalgie.  La science des rêves est un hommage à la rêverie, au bonheur d'être dans les nuages, à la difficulté de garder les pieds sur terre et de partager avec les autres les choses si formidables qui nous passent à longueur de journée dans la tête, ce film est l'histoire d'un rêveur à l'imagination particulière mais dont tous les rêveurs de la terre pourront comprendre les émotions et revivront peut être des moments déjà véçus.

Sacha Bourdo, Gael Garcia Bernal et Alain Chabat. Gaumont Columbia Tristar Films

Malgré leur côté trés particulier, les rêves de Stéphane Miroux sont touchants par leur humour.

Gael Garcia Bernal et Charlotte Gainsbourg. Gaumont Columbia Tristar Films

Et par leur émotion...



Publié dans Films vus en salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article