Bienvenue dans l'univers de Johnny Smith et de ses visions apocalyptiques.

Publié le par Leon9000

Stephen King, l'un des écrivains les plus populaires de cette époque. Généralement connu pour ces oeuvres d'épouvante et pour être un maître du suspense, j'apprécie plus particulièrement l'écrivain pour être l'auteur de la Tour Sombre, l'une des meilleures sagas de littératures qui existent. Une popularité qui se traduit, outre le nombre assez imposant d'ouvrages de l'écrivain, par la quantité assez astronomique d'adaptations cinématographiques des oeuvres de Stephen King. Des adaptations à la qualité assez aléatoire allant du génialissime comme Shining au trés médiocre comme Dreamcatcher (sans compter les adaptations en téléfilm, généralement lamentables). En 1983, David Cronenberg, à l'époque aux débuts de sa carrière, adaptait le roman Dead Zone, l'une des oeuvres les plus originales et morales de Stephen King, bien avant l'excellente série télévisée du même nom. Cette adaptation, portée par un excellent Christopher Walken dans la peau d'un homme se découvrant des pouvoirs de médium à la sortie d'un long coma, est sans aucun doute l'une des meilleures retranscriptions de l'univers si particulier de Stephen King.

 

Carlotta Films

Stephen King aime le noir, il aime même beaucoup le noir.

 

Puisque cette oeuvre de Cronenberg est généralement excellente et fort peu critiquable, commençons juste par les quelques aspects un peu gênants de Dead Zone, principalement en terme d'adaptation. Le seul élément du film qui peut un peu gêner est une certaine rapidité dans le récit. Si le scénario reconstitue assez bien l'ensemble de la trame du roman, il traite peut être les différentes intrigues avec un peu trop de hâte et un supplément de temps accordé à plusieurs scènes n'aurait pas été de refus. Cela dit, c'est bien le seul point critiquable du film car pour le reste, l'ambiance angoissante de Stephen King est parfaitement retranscrite. Une atmosphère sombre et parfois terrifiante pèse tout le long du film mais outre ces éléments de suspense courants dans les oeuvres de l'écrivain, ce qui ressort de Dead Zone est bien les principes moraux soulevés par l'oeuvre.

Le livre de Stephen King est sans doute l'un de ces ouvrages les plus humains, car à partir d'un thème fantastique, l'écrivain donne à son oeuvre un caractère profondement crédible à travers un personnage, qui se retrouvant un don particulier, ne sait plus comment il peut vivre au sein d'une société tout en gardant en lui ses pouvoirs de médium dont il ne peut savoir à quels fins les utiliser; une quête d'identité appuyée également par une réflexion solide sur le pouvoir. Or ces thèmes de l'écrivain, le réalisateur le porte à l’écran avec beaucoup d’habilité. Bien que n’ayant jamais été un admirateur du travail de Cronenberg, en ayant privilégié l’ambiance aux prouesses techniques, le cinéaste retranscrit parfaitement tout le caractère humain de Dead Zone, il est en cela beaucoup aidé par Christopher Walken qui a complètement revêtu la peau de son personnage.

Christopher Walken. Carlotta Films

Christopher Walken excellent dans cette adaptation intelligente d'un des romans les plus humains de Stephen King.

Il serait fort appréciable que toutes les adaptations de Stephen King soient de la même qualité que celle de Dead Zone. Le potentiel cinématographique du livre a été bien saisi et cette retranscription sur grand écran de la quête d'identité d'un homme aux pouvoirs surprenants est parfaitement crédible et émouvante.

 



Publié dans Films du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article