Blood Diamond: pénétrez dans l'enfer de la guerre civile.

Publié le par Leon9000

Le réalisateur du dernier Samourai signe une oeuvre au sujet remarquable, compte tenu de la quasi absence inexcusable dans l'actualité des conflits en Afrique. Si l'oeuvre perd en qualité par un certain spectaculaire mais justifiable, elle n'en reste pas moins une leçon de politique à ne pas manquer.

Leonardo DiCaprio et Djimon Hounsou. Warner Bros. France

1999: Sierra Leone. Des milliers de personnes, civiles et militaires, meurent pour le contrôle de mines de diamants permettant ainsi à tous les riches occidentaux de s'acheter de belles bagues de fiancailles. Et pendant ce temps là, les journaux télévisés de ces mêmes occidentaux font un scandale de l'infidélité de Bill Clinton...

Le sujet de Blood Diamond, de part sa difficulté, exigeait un traitement ingénieux et poussé. Pour ce qui est de la profondeur du thème abordé, l'oeuvre n'a pas peur d'aller loin, et on peut saluer l'étendue du portrait fait de la guerre civile, bien des aspects des atrocités commises étant traitées avec soin et ayant une importance majeure dans le film. Blood Diamond a un message à faire passer et n'hésite pas sur les moyens à employer pour le faire. Une belle preuve de volonté toutefois mélangé à une allure spectaculaire qu'il convient de clarifier.

Blood Diamond n'est certainement pas un film commercial, usant du conflit des diamants pour réaliser un enième film de guerre, bien au contraire. Une véritable volonté de dénoncer des atrocités trop longtemps laissées dans l'ombre se dégage du film qui par bien des aspects ne fonctionne guère sur des principes financiers. Mais malgré cela, le réalisateur associe tout de même film spectaculaire et oeuvre de dénonciation. Dans une certaine mesure, cela ne dénature pas le problème soulevé par le film mais permet de montrer toute son ampleur et sa gravité, mais il est vrai qu'à bien des reprises un traitement plus intimiste du sujet se serait révéler plus efficace. Malgré cela, il apparaît que ce déferlement d'action est présent afin de cibler le public le plus large tout en lui mettant devant les yeux toute la gravité du conflit illustré. La présence d'une star Hollywoodienne, Leonardo Dicaprio, confirme cet état de fait, Blood Diamond est un film d'anticipation certain mais voulant toucher le public le plus large afin que le problème énoncé soit connu de tout. Certes, un traitement moins spectaculaire aurait été plus efficace, la preuve en a déjà été fait avec "Lord Of War", si le propos politique de Blood Diamond est tout aussi engagé que l'oeuvre sur les trafics d'armes, cette dernière se trouvait être plus marquante par son allure moins portée vers le grand spectacle.

Mais le propos de Blood Diamond reste tellement engagé, qu'au fond, ces aspects du film plus classiques sont peut être au final les bienvenus. Puisque le spectaculaire du film ne nuît pas au sujet politique de l'oeuvre ,qui lui reste poignant et bouleversant, si cela permet qu'un plus grand nombre de personnes soit touché par l'oeuvre, c'est peut être mieux ainsi. Toutefois, on ne peut pas en dire autant d'autres clichés du film, qui eux sont carrément hors sujet.

Blood Diamond possède nombre de scènes spectaculaires, trés impressionnantes par ailleurs, qui n'empêchent pas le sujet du film d'être bouleversant, bien qu'il en diminue un peu la portée émotionnelle.

La présence de Leonardo Dicaprio, à l'affiche du film, est honorable de la part du talentueux comédien, compte tenu de la gravité du propos de l'oeuvre, toutefois la prestation de l'acteur se révèle un peu décevante. Il est vrai que son personnage n'attire guère la sympathie mais le véritable problème vient de son duo avec Jennifer Connely, qui elle fait carrément peine à voir. Tandis que Blood Diamond enchaîne des scènes de massacre et d'atrocité perçutantes et poignantes, au milieu de tous les propos difficiles traités par le film, les dialogues entre les personnages de Dicaprio et de Connely apparaissent d'une naiveté insupportable, la relation entre les deux peersonnages est d'une niaiserie abominable et donne lieu à tous les clichés Hollywoodiens possibles et imaginables, rendant le film soudainement ridicule et peu crédible alors qu'il était émouvant et poignant il y a à peine deux minutes. Fort heureusement, ces clichés ne prennent pas une importance majeure dans l'oeuvre, les atrocités de la guerre civile ayant le premier plan, mais ils amoindrissent tout de même l'ensemble, ce qui est d'autant plus regrettable qu'ils auraient pu être aisément éviter. Toutefois, le film se révèle fort émouvant grâce à la prestation magistrale de Djimon Hounsou, qui est la source principale de l'humanité du film, l'acteur trés impliqué dans son personnage est grandiose et constitue la grande force du film et permet au propos difficile du film d'être perçutant, la mise en scène est également efficace et parfois trés belle.

La prestation fort médiocre de Jennifer Connely est déjà peu excusable mais sa relation banale au possible avec Dicaprio aussi émouvante qu'un dessin animé de Barbie est complètement en décalage avec la dureté du propos soulevé par le film.

Une durêté qui se rappelle toutefois à l'ordre bien souvent grâce à la prestration magistrale de Djimon Hounsou

Oui, avec un traitement plus intimiste, Djimon en acteur principal, et en conservant la dureté du propos du film et sa mise en scène efficace, Blood Diamond aurait sans doute été un grand moment de cinéma. Son aspect spectaculaire est toutefois excusable dans la mesure où il est visible qu'il permettra de toucher un plus large public. Toutefois, les séquences insupportables entre Jennifer Connely et Dicaprio, elles, étaient clairement à éviter tant elles créent un décalage gênant dans le film. Malgré cela, le sujet de Blood Diamond est tellement poignant et a tellement peu été mis au premier plan de la scène, que voir une oeuvre traiter de ces atrocités avec autant de volonté et de profondeur dans l'étude du sujet, est vraiment intense, malgré les imperfections de cette oeuvre. Blood Diamond n'est donc pas un film parfait mais ne doit pas être manqué si l'on tient à garder un regard lucide sur notre monde.

 



Publié dans Films vus en salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article