La cîté interdite: un sommet de puissance visuelle!!!

Publié le par Leon9000

Quelle grande surprise que ce nouveau chef d'oeuvre du cinéma chinois. Bien que ce genre de fable épique et romanesque nous ait déjà maintes fois ébloui aprés Tigre et Dragon ou Hero, le choc causé par la cîté interdite reste de taille et le film se pose comme une oeuvre incontournable.

Gong Li. Société Nouvelle de Distribution (S.N.D.)

Les images témoignent de la grandeur du film.

Dés les premières secondes du film, la démesure visuelle et la puissance du film sautent aux yeux. La beauté des décors et des costumes ne cesse d'émerveiller le regard, la virtuosité de la mise en scène impressionne, l'ensemble de l'oeuvre apparaît d'un raffinement incroyable dans les moindres détails, la cîté interdite est donc une oeuvre sidérante de maîtrise visuelle et artistique. Le réalisateur avait déjà fait preuve d'un grand talent visuel avec les couleurs magnifiques de Hero, mais celles de la cîté interdite ont une telle ampleur qu'elles fascinent littéralement le spectateur. La sensation de voir le fruit du plus grand budget du cinéma chinois se fait immédiatement sentir et l'émerveillement reste total durant tout le film où extraordinaires scènes épiques se mèlent à des complots aux formes de tableaux.

Car toute l'opulence de la cîté interdite cache la perversité des manipulations au sein du palais où toute la volonté de préserver les apparences conduit à une folie émotionnelle et un déchainement de haine. La cîté interdite est avant tout une histoire de complot d'une famille royale dont l'apparente simplicité est compenser par une magnifique narration et une psychologie des personnages extrêmement travaillée principalement dans les différents liens qu'ils entretiennent. Et c'est ce contexte qui fait toute la force du film et permet à la cîté interdite de se hisser au sommet du genre. En effet, les défauts quotidiens à ce type d'oeuvres renforcent ici considérablement l'intérêt du film, les longueurs fréquentes trahissent bien la tension presque palpable régnant au sein de la cîté, et les affrontements, souvent considérés comme trop longs, se servent içi que d'illustration aux complots formés par les personnages et ainsi les combats par leur portée émotionnelle et leur importance narrative sont beaucoup plus intenses que d'ordinaire, la beauté visuelle des environnements et l'esthétique de la mise en scène renforçant encore davantage ces combats légendaires.

Jay Chou. Société Nouvelle de Distribution (S.N.D.)

Les complots machiavéliques donnent lieu à des combats au bord de la folie humaine.

Ainsi, si l'on mettait de côté l'aspect épique et romanesque de l'oeuvre, la cîté interdite proposerait une version crédible d'une royauté pervertie par le pouvoir et les apparences, un royaume magnifique au dehors mais pourri à l'intérieur. A l'image des personnages magnifiquement vêtus mais aux esprits torturés, interprétés magistralement par des comédiens fabuleux avec Gong Li impériale en reine torturée face à un Chow Yun Fat sublime dans le rôle d'un empereur cruel et au coeur de pierre. On ressort de la cîté interdite avec des images magnifiques pleins la tête, fruit d'une tension accumulée pendant tout le film et se déchainant en un orage d'esthétique visuelle sublime. Le film se pose clairement comme la grande découverte de ce début d'année 2007, et il appartient à chacun de voir par lui même tout le travail considérable mêné par le réalisateur et son équipe pour offrir au public à la fois une fresque majestueuse et sublime dans les moindres détails, et une tragédie humaine inoubliable.



Publié dans Films vus en salles

Commenter cet article

Carcharoth 24/03/2007 14:30

Beau, oui mais...Certes, certes, le film est magnifique, mais il est creux. Pour 45 millions de dollars il aurait pu se creuser la tête un peu, le Yimou. Surtout qu'on sait qu'il peut le faire, comme dans ses premiers films. Donc voila, déception. Le film s'affiche comme Wu Xia pan et il n'y a que 2 combats, et encore, pas long. Un critique plus longue sur mon blog.

Raveman 24/03/2007 09:43

Hey! cette critique me rappelle les clan des otori, j'ai bientot fini de lire le 4...faut vraiment que tu le lises pour qu'on puisse en discuter. bon à bientot et ramene moi ma saison de 24! connard

Darkplagueis 21/03/2007 18:41

Ca c'est bien vrai.

Une beauté incroyable