Clint Eastwood raconte la guerre du pacifique dans l'un des plus ambitieux films du genre

Publié le par Leon9000

Clint Eastwood ou l'exemple même de la réussite professionnelle en tant que réalisateur. Ayant commencer comme simple acteur de Western Spagnetti au jeu pas forcément trés élaboré pour finir comme l'un des cinéastes (et aussi acteur) les plus respectés de cette période cinématographique, Clint Eastwood avait connu la consécration suprême avec son magnifique Million Dollar Baby. Son nouveau projet est une nouvelle preuve de son savoir faire et surtout de la grande part d'humanité qu'il confère à ses oeuvres. En effet, en choissisant de raconter une même bataille sur une île Japonaise dans la seconde guerre mondiale, du point de vue des américains et ensuite du point de vue Japonais, le réalisateur pourrait bien signer les films de guerre les plus émouvants qui soient, l'excellente idée de départ en est la preuve. En attendant le second volet basé sur les Japonais, voici donc Mémoires de nos pères qui nous place du point de vue américain. Oh, ce choix de figurer en premier lieu les américains n'est nullement un signe d'un quelconque patriotisme exacerbé bien au contraire puisque ce nouveau film basé sur la seconde guerre mondiale se veut bien différent des autres films traitant de la même période.

DreamWorks Pictures

Une image qui changea le cours d'une guerre. Clint Eastwood vous raconte comment.

Dés les premières minutes, Mémoires de nos pères impressionne et démontre bien que nous avons en face de nous une reconstitution crédible et passionnante de cet aspect particulier de la seconde guerre mondiale. La mise en scène magnifique de Clint Eastwood prouve à maintes fois le talent du cinéaste, notamment lors des scènes de batailles particulièrement immersives et reprenant une grande part de ce qui avait fait la grandeur du soldat Ryan (Spielberg produisant d'ailleurs le film), en particulier dans le dynamisme des affrontements et la violence crue des combats (une censure quasi inexistante). Mais qui dit Clint Eastwood, dit également valeurs humaines, aussi ce film s'intéresse en premier lieu au retour des soldats chez eux et à la manipulation dont ils feront les frais à cause d'une simple photo. La psychologie des personnages est particulièrement travaillée et on y retrouve l'émotion quotidienne des films de Eastwood. Et surtout, le film est extrêmement enrichissant sur cette période de la guerre, révélateur de maints aspects de l'époque, et avec des réflexions particulièrement bien pensées vis à vis de notre actualité, en grande partie par le fait que Mémoires de nos pères montre parfaitement le décalage entre l'action militaire au front et ce qui se passe dans le pays en guerre (surtout dans l'opinion publique) et prouve également à quel point la manipulation des images par un gouvernement peut se révèler abusive (un concept loin d'être anodin dans notre société où les images sont le principal vecteur d'informations). Bref, la reconstitution splendide par excellence, crédible et enrichissante, mené de main de maître par un cinéaste qui en accordant au film une humanité particulièrement forte se démarque nettement des autres réalisateurs de films de guerre.

Adam Beach, Ryan Phillippe et Jesse Bradford. DreamWorks Pictures

Une vraie reconstitution d'une guerre ne peut s'intéresser uniquement à ce qui se passe sur le champ de bataille. Eastwood lui montre tous les aspects de cette histoire, qu'ils soient glorieux ou non.

On respire un petit peu et on se dit avec délectation qu'on tient le film de l'année. Presque. Aprés une première heure époustouflante, le film s'essoufle quelque peu. Le montage entre les affrontements sur l'île Japonaise et le retour des combattants dans leur patrie est moins ingénieux, et le scénario moins intelligent que dans Million Dollar Baby d'où une émotion moins forte que dans le dernier film de Eastwood alors que le potentiel était là. On peut aussi également regretter que si le casting reste trés bon, il manque au film des acteurs de la trempe de Sean Penn de Mystic River, Hilary Swank de Million Dollar Baby ou tout simplement Clint Eastwood lui même.

Malgré tout, le film est véritablement un grand moment de cinéma et ces mémoires restent dans l'esprit de chacun par les renseignements qu'elles donnent sur cette période, trés habilement fournis par Clint Eastwood. D'autant plus que le meilleur est encore à venir, car avec beaucoup d'intelligence, le réalisateur ne montre pas les Japonais dans ce film, on ne voit que l'arme qui crache des balles sur les américains, les canons tirant sur les chars d'assaut, et non les combatants Japonais eux mêmes dont le comportement apparaît incompréhensible aux américains et au spectateur lui même. Voir l'homme qui tient cette arme pointée sur les américains, entrer dans l'esprit de ce combattant qui fait feu sur les personnages principaux de Mémoires de nos pères, découvrir cette bataille de l'autre côté à travers une civilisation trop peu mise en scène et dont on ne sait que trop peu de choses sur son existence durant cette guerre, voilà ce qui sera la vraie réussite de Eastwood. Le réalisateur a déjà livré un film particulièrement percutant et original sur une armée américaine pourtant ayant déjà eu maintes fois la part belle dans nombre d'oeuvres sur la seconde guerre mondiale; alors quand ce cinéaste va s'intéresser de la même façon sur une civilisation Japonaise dont on ignore beaucoup trop de choses, alors là Clint Eastwood pourra peut être remonter encore plus qu'il ne l'est déjà dans l'estime des cinéphiles du monde entier. Quoiqu'il en soit, bravo à toi, Clint.

En chaque homme, se cache un héros paraît t-il. Mais être un héros, cela a t-il encore beaucoup de sens?



Publié dans Films vus en salles

Commenter cet article