The Departed: Infernal Affairs revisité par Martin Scorcese

Publié le par Leon9000

 L'article qui va suivre va demander un effort de mémoire pour ceux qui connaissent ce Blog depuis sa création. Rappelez vous, un sérieux débat cinématographique a lieu durant l'année 2006 sur la prochaine oeuvre du grand réalisateur Martin Scorcese: Les Infiltrés (The Departed en VO) . Le problème posé par le film vient du fait qu'il s'agit du remake d'une oeuvre culte du cinéma de Hong Kong: Infernal Affairs, sorti seulement deux ans avant la préparation du remake par le célèbre réalisateur. La participation de Scorcese à un tel projet attise les colères d'autant que l'oeuvre originale ne nécessite de l'avis de beaucoup aucune modification et qu'un remake serait tout bonnement inutile d'autant que la machinerie Hollywoodienne risquerait de faire bien des dégâts. Mais Scorcese persiste et emmène de surcroît avec lui une belle brochette de têtes d'affiches d'Hollywood, faisant des Infiltrés l'un des films les plus attendus de l'année 2006.


Le réalisateur essuie maintes critiques sur ce projet auquel s'y joindra donc un article de ce Blog ainsi qu'une présentation de l'oeuvre originale:

http://royaumedesreves.blogs.allocine.fr/royaumedesreves-48958-voyez_infernal_affairs_avant_de_decouvrir_le_remake_americain_de_ce_chef_doeuvre_cetait_un_message_dun_militant_contre_the_departed.htm.

Le temps a passé depuis, les Infiltrés a reçu un immense succès et Martin Scorcese l'oscar du meilleur réalisateur pour son film, après tant de nominations antérieures. Nous sommes aujourd'hui en 2008, et The Departed est enfin présenté sur ce Blog.

Jack Nicholson et Leonardo DiCaprio. TFM Distribution

J'aime manger des rats au petit déjeuner.



Avant de commencer l'analyse de cette oeuvre, je crois qu'un message personnel ne sera pas inutile. A moins que la mémoire me fasse défaut, c'est la première fois sur ce Blog qu'un film est présenté après avoir susciter autant d'interrogations avant même sa sortie. The Departed est un projet complexe et difficile à critiquer. Le concept du remake est malheureusement une coutume de Hollywood et rarement synonyme de bonne qualité mais de ce fait qu'un réalisateur aussi illustre que Martin Scorcese s'attaque lui même au remake d'une oeuvre culte et récente est d'autant plus rare. En bref, on pourrait faire tout un Dossier pour peser le pour et le contre de ce film. Le minimum d'honnêteté à avoir est de reconnaître que parler de ce film laisse beaucoup de place à la subjectivité. Si je m'efforce dans tous mes articles de faire l'avis le plus objectif possible, je ne peux qu'admettre que parler de The Departed renvoie forcément à un avis personnel, étant donné la teneur du sujet. Je tenterais néanmoins de livrer l'analyse la plus objective possible sur ce remake, mais que les lecteurs m'excusent donc si des propos plus personnels viennent parsemer l'article.


S'il fallait commencer par les évolutions les plus positives apportées par Martin Scorcese, elles concerneraient principalement la mise en scène, de bien meilleure qualité que celle du film original. Infernal Affairs disposait pourtant d'une excellente réalisation mais tout le monde ne s'appelle pas Martin Scorcese et le cinéaste nous fait preuve une nouvelle fois de son immense talent et de sa maîtrise cinématographique sans égale. Plans magnifiquement soignés, montage impeccable et narration excellente, il s'agit visiblement là d'un cinéma de haute qualité tels que nous en offrent les grands noms d'Hollywood. Deuxième valeur importante à accorder au film: l'interprétation des acteurs. Malgré le talent des acteurs originaux, ceux du remake s'imposent rapidement dans des rôles pourtant déjà exploités. Leonardo Dicaprio s'investit comme toujours d'une manière remarquable dans ses rôles et Jack Nicholson ne nécessite même plus une quelconque présentation tant il est agréable de voir enfin l'immense talent de l'acteur au service de Martin Scorcese.

A noter néanmoins que malgré sa bonne volonté, Matt Damon est clairement en décalage vis à vis de ses partenaires. Mark Walhberg apporte toutefois un apport solide au film d'autant que son personnage était absent de la version originale. Les comédiens sont également bien servis par des dialogues géniaux, les scénaristes s'étant visiblement surpassés pour multiplier les répliques cultes et les échanges d'anthologie. Enfin, le scénario s'adapte très bien au changement de frontières, le contexte original de la mafia Hong Kong se transformant efficacement en celui des Irlandais régnant dans les rues. Pour finir sur ces notes positives, l'excellente bande son est également à ne pas oublier.


Leonardo DiCaprio, Martin Sheen et Mark Wahlberg. TFM Distribution

Mise en scène magistrale, interprétation excellente et dialogues d'anthologie: Scorcese ne s'est pas moqué du public.

Alors oui, avec toutes ces évolutions apportées par le savoir faire du réalisateur et les moyens dont le réalisateur dispose, on est très loin du navet américain tourné avec deux dollars cinquante et ne pouvant même plus être assimilé à son modèle original. Seulement, comme tout ne va pas bien dans le meilleur des mondes, The Departed n'échappe malheureusement pas aux craintes déjà exprimées avant la sortie du film et qui trouvent une certaine confirmation lors du résultat final. Le remake d'Infernal Affairs n'aura donc pas échappé à une américanisation du sujet plus ou moins importante selon le point de vue. En premier lieu, The Departed dure au moins 45 minutes de plus que l'oeuvre originale. Pourquoi donc? Certes Scorcese a davantage développé certains points du récit, l'oeuvre originale étant plus dynamique, mais la raison de ce rallongement de durée tient principalement dans le développement du personnage féminin de l'oeuvre, celle ci ayant une importante moindre dans le film original et une demi heure supplémentaire du remake lui étant de ce fait consacrée. Même si le personnage en lui même n'est heureusement pas insupportable, son rôle rallongé a tendance à piétiner l'intrigue d'autant qu'elle se base sur un énième triangle amoureux montrant que la machinerie Hollywoodienne ne peut visiblement pas se passer d'un rôle féminin dans un film (mais aussi d'un rôle masculin, cf les interviews de Christophe Gans sur Silent Hill).

Un autre point non négligeable du remake est la modification du scénario original. Forcément, c'est un élément qui a de quoi attirer les foudres mais il est difficile d'en parler plus en profondeur sans rentrer dans les spoilers, ce dont ce Blog a toujours fait l'exclusion. Pour avoir un aperçu de la chose, on pourrait dire que le remake américain tend à atténuer la cruauté et la froideur du récit original pour dévier vers un récit plus conventionnel et moralisateur, l'injustice d'Infernal Affairs étant partiellement contournée par le remake de Scorcese. Le point culminant de cette réadaptation à la sauce Hollywoodienne concerne bien évidemment la modification pure et simple de la fin du récit. Un dénouement plus simpliste dont le remake aurait largement pu se passer mais qui existe néanmoins pour donner au film une allure complaisante qui lui va finalement plutôt mal. Cette fin contraste en effet avec la violence du récit original que Scorcese avait pourtant bien respectée pendant une grande partie du film.

Jack Nicholson et Matt Damon. TFM Distribution

L'intrigue n'échappe malheureusement pas à la remodélisation Hollywoodienne et parfois pour le pire.


Alors, comment faire le bilan d'un film tel que The Departed? Pour celui qui voit en premier lieu cette oeuvre, en n'ayant même pas connaissance du film original, il n'est à pas douter qu'il appréciera grandement ce bon moment de cinéma. Pour celui qui a déjà vu Infernal Affairs, deux autres options peuvent s'offrir à lui: renier tout bêtement le remake par son américanisation (ou même sur le principe) ou bien s'arracher éternellement les cheveux en se demandant quel parti prendre. Il est certain qu'avec une telle modification de l'intrigue, The Departed aurait tout simplement pu n'être qu'un simple remake de bas étage à oublier sans la participation de Scorcese et de l'équipe qui l'accompagne. Seulement, Scorcese est présent et c'est bien le soucis car le talent du cinéaste est indéniable. Dans le même temps, de telles compétences doivent être t-elles utilisées dans un projet si vain? Même si le réalisateur semble très inspiré par son sujet, lui même suit à de nombreuses reprises la mise en scène originale car il n'y avait pas grand chose à y ajouter. Alors qu'on nous dit que le réalisateur croule sous les projets, n'aurait t-il pas pu choisir de s'investir dans une oeuvre plus périlleuse et où il y aurait eu davantage de nouveauté à en tirer?

Le principe même du remake fait qu'il est difficile d'apporter une note maximale à The Departed en connaissant auparavant Infernal Affairs, mais il n'est pas à douter que le contraire doit également être vrai pour les fans de The Departed qui découvriront par la suite l'oeuvre originale. Pour le spectateur qui n'est pas englué dans ses problèmes de cinéphile, il s'agit tout simplement d'un excellent moment de cinéma mais les circonstances de sa création empêchent vraisemblablement The Departed d'être qualifiée d'oeuvre majeure de la longue carrière de Martin Scorcese.



Publié dans Films du jour

Commenter cet article