Fahrenheit 451

Publié le par Leon9000

FAHRENHEIT 451: température à laquelle le papier s'enflamme et se consume.Guy Montag le sait bien, car son métier de pompier l'amène à bruler les livres jugés oeuvres dangereuses. Son travail n'est que le reflet d'une société refreinant les pensées intellectuelles et préférant s'enfoncer dans la médiocrité et l'absurdité. On reprend souvent de Fahrenheit 451 le métier étrange de Guy Montag mais il n'est qu'un des aspects de ce chef d'oeuvre littéraire de Ray Bradbury, qui à travers son ouvrage fait l'étude de toute une société à ce point abrutie par la culture de masse, qu'elle en vient à redouter la complexité sous toutes ses formes. La population ne s'apercoit pourtant pas que plongée dans la bêtise et l'inactivité intellectuelle, la société perd ses repères et sombre dans le chaos, où les individus ne se rendent même plus compte qu'ils ne sont pas heureux.

Outre ces réflexions trés ingénieuses sur la place de la culture dans une société, Bradbury fait également l'analyse des dangers de la médiatisation à outrance, de la communication exacerbée finissant par tuer la communication entre les individus et de la facilité à manipuler une population dénuée de réflexion intellectuelle. Si l'oeuvre reste moins marquante que le culte 1984 de George Orwell par son caractère moins orienté dans l'aspect apocalyptique de la manipulation d'une société entière, Fahrenheit 451 reste toutefois une oeuvre visionnaire remarquable, d'autant plus que le livre fut publié en 1953, ce qui est tout bonnement effarant à la lecture des propos de cette oeuvre qui s'insèrent parfaitement dans notre société actuelle. Que dirait Ray Bradbury s'il voyait aujourd'hui la montée en puissance de la pensée médiatique, souvent d'aspect peu glorieux; l'invasion de moyens de communication tels Internet où des individus passent plus de temps à taper sur les touches d'un clavier qu'à utiliser leur langue; ou encore la fascination devant l'horreur montrée à la télévision comme cette scène du livre narrant une course poursuite impitoyable transformée en grand show national?

Certainement pas qu'il avait tort.



Publié dans Romans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article