Les fils de l'homme d'Alfonso Cuaron ou comment le monde peut t-il basculer dans le chaos?

Publié le par Leon9000

Alfonso Cuaron, un nom que j'ai prononcé à maintes reprises. Réalisateur de y tu mama tambien, le cinéaste fut surtout connu pour son adaptation trés personnelle d'Harry Potter et le prisonnier d'Askaban qui créa un vrai gouffre entre les fans de la saga littéraire où tandis qu'une vague de fans acharnés criaient au scandale en regard des libertés que Cuaron avait prises vis à vis du livre d'origine, je m'efforcais avec quelques valliants courageux de défendre le talent du réalisateur qui s'il ne figure pas dans le panthéon des grands noms du cinéma, n'en reste pas moins un bon cinéaste. Et malgré tout le débat qui s'en suivit, je n'ai jamais renoncer une seule fois à prendre la défense du pauvre réalisateur dont je n'ai jamais douter du talent. "Les fils de l'homme" ( children of men) marque la preuve ultime pour contrecarrer toutes les critiques contre le réalisateur, mais avant d'être une pièce maîtresse dans le débat autour du réalisateur, la nouvelle oeuvre du cinéaste est avant tout un excellent film montrant une vision apocalyptique du monde qui ne devrait laisser personne indifférent.

Affiche américaine. United International Pictures (UIP)

"Qui aurait pu croire que le monde plongerait ainsi sans le rire des enfants?"

2027: le monde a plongé dans le chaos. La raison: l'espèce humaine est désormais incapable de se reproduire et dans quelques dizaines d'années, la population terrestre aura totalement disparue. Tout n'est désormais plus que désespoir et violence, les actes de haine se succédant à chaque coin de rue. Autant dire que le sujet de Children Of Men est sacrément poignant, et la plus grande réussite d'Alfonso Cuaron est de mettre en scène cet univers apocalpytique avec un réalisme et une crédibilité marquants. Sans verser inutillement dans le spectaculaire ou dans les moyens d'envergure, le film parvient tout de même à faire accepter à chaque instant cette vision sombre et chaotique de notre futur proche et cet élément est d'autant plus intéressant qu'il peut trés rapidemment être assimiler à plusieurs éléments de notre actualité où les effets de perte de repères des individus ou encore les diverses réactions face au chaos et au danger sont visibles tous les jours. Le film donne d'ailleurs un sacré coup de poing en insistant sur la responsabilité de l'espèce humaine dans son extinction en mettant en cause l'impassibilité de l'homme face à un monde qui progresse peu à peu vers le chaos ( il n'est d'ailleurs pas étonnant, qu'au moment où Al Gore signe un documentaire choc sur le réchauffement de la planète, Children Of Men comporte de nombreux plans illustrant une vue des cités du Royaume Uni d'où s'échappe une fumée noire de pollution montant vers le ciel).

Alfonson Cuaron réussit donc un beau pari, en rendant un monde aussi chaotique parfaitement crédible et d'autant plus dérangeant qu'il comporte de nombreux éléments rattachés à notre quotidien. C'est une vision sombre, réaliste, parfois cruelle de l'humanité mais non dénuée d'espoir, où la folie et le désespoir se mêlent aux actes de bravoure les plus honorables. Bref, un univers particulièrement convaincant et perçutant.

Clive Owen et Julianne Moore. United International Pictures (UIP)

Bienvenue en 2027 où les peuples font face à un phénomène totalement inédit et réagissent d'une manière pas vraiment différente qu'au début du nouveau millénaire.

Ce monde chaotique doit donc une nouvelle fois beaucoup à la mise en scène de Cuaron qui sait particulièrement adapter sa réalisation aux divers éléments du scénario, un scénario aussi particulièrement réussi faisant vivre de nombreux rebondissements efficaces à un excellent Clive Owen. Si le film accuse une baisse de rythme importante vers le milieu de l'histoire, le dénouement de Children Of Men est toutefois sublime et Cuaron effectue sans doute dans cette dernière demi heure sa plus grande prouesse de réalisateur. A noter aussi le caractère particulièrement sympathique de la musique qui est étonnamment variée tout le long du film.

Clive Owen et Julianne Moore. United International Pictures (UIP)

Clive Owen, Juliette Binoche et l'excellent Michael Caine s'insèrent parfaitement bien dans des rôles pourtant assez difficiles. Mais ils sont aussi bien dirigés.

Une vision d'un futur apocalyptique est toujours particulièrement efficace lorsqu'elle est rendue crédible. De la même façon que George Orwell, avec son 1984, avait créer un monde chaotique qui avait particulièrement frapper en raison des peurs vis à vis du communisme,  Alfonso Cuaron met en scène une société apocalyptique particulièrement marquante par le caractère réaliste qu'elle donne à l'évolution de l'être humain dans notre futur proche. Merci à Cuaron d'avoir su justifier la confiance qu'on lui a exprimer.



Publié dans Films vus en salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

julie 04/05/2010 04:10

Waw, chouette site, je vous remercie pour votre aide, et notez tout d\\\'abord que je partage moi aussi ce point de vue ! Euh tout est dit, votre travail est sincèrement excellent, je bookmarke votre blog de ce pas ! PS : Pardon pour les éventuelles fautes, n\'étant pas francophone, j\'ai utilisé un traducteur en ligne.

Johna 18/10/2006 23:38

Ah yeahh darky tu l'as vu^^

Content que tu aies aimé, j'irai le voir avec d'autant plus de conviction que l'on possède le même point de vue sur ce réalisateur.

Bon moi c'est la merde il ne sort que dans 3 semaines ici ( fuck swizzerland ^^) , l'attente va être pénible. Mais j'ai revu la b.a today au cinoche , elle en jette ( surtout quand s'inscrit. à l'écran...from the director of HP and the prisoner of askaban ) lol