Gantz : jusqu'où iriez vous pour avoir une deuxième vie?

Publié le par Leon9000

 

Il fut un temps où les oeuvres de science fiction n'étaient pas les bienvenues dans le domaine du manga. Cela peut sembler étrange étant donner que les oeuvres les plus connues du manga comme Ghost in the Shell appartiennent justement à la science fiction mais pourtant après plusieurs échecs répétés, les Mangaka commencèrent à éviter le domaine maudit de la science fiction. Ce fut pourquoi l'auteur de Gantz malgré son attirance pour la science fiction attendit de s'être construit des bases solides avant de s'attaquer à ce domaine. Pouvait t-il toutefois se douter qu'il allait créer plus que l'un des titres phares de la sf, l'un des sommets du manga au succès aussi fulgurant au japon qu'en outre mer? Pourtant, difficile de croire qu'on puisse faire d'un grand succès un manga à l'univers sans queue ni tête où il n'existe volontairement aucune logique tant pour les personnages que pour le lecteur. Et malgré un mélange impressionnant d'inspirations diverses allant des références à Matrix ou aux mangas sanglants tels Battle Royale à la simulation de jeux vidéos Gantz finit par s'imposer comme une oeuvre incontournable du manga malgré tous les délires qui s'échappent de l'oeuvre.

Le cuir est à la mode


Que peut t-on penser de Gantz à la lecture du premier volume? Que l'auteur est un génie ou un fou qui a abusé de drogues ou encore un Otaku à moitié taré doublé d'un obsédé sexuel qui assouvit ses fantasmes dans ces oeuvres (vous avez bien lu). Bref on peut penser tout et n'importe quoi car Gantz est un univers où il arrive tout et n'importe quoi. L'histoire débute dans une station de métro où deux jeunes lycéens tentent de sauver un clochard évanoui sur une rame de métro devant une foule différente. Parvenant à sauver le SDF, les lycéens se font malheureusement écraser par le métro et se retrouvent soudain dans un appartement où se trouvent déjà d'autres personnes mortes comme eux. Au milieu de l'appartement se trouve une sphère noire dans lequel repose un homme nommé Gantz. Aprés quelques sermons, la sphère leur fournit des armes et des combinaisons d'une technologie inconnue leur conférant d'immenses pouvoirs et leur demande de tuer un alien: le martien poireau. C'est le début d'une longue quête où se mêleront les aventures les plus extravagantes et les actes de survie désespérés parsemés de flots d'hémoglobine, de monstres au design cauchemardesque et de scènes de sexe ultra explicites.


Gantz n'est donc pas un manga à donner à n'importe qui en raison de son ultra violence mais également de son aspect extrêmement glauque et sordide. Les premières impressions du manga sont assez mauvaises, le lecteur se demande si le mangaka n'est pas véritablement malsain ou dérangé mais il apparaîtra vite que celui ci maintient surtout un soucis de réalisme poussé et montre à travers la cruauté de son histoire la sauvagerie de l'être humain et le traitement impitoyable de l'homme par la société. Mais il faut certainement adhérer à l'étrangeté de cette histoire pour pouvoir continuer à suivre le manga. Un point sur lequel l'adhésion est très vite remportée: l'aspect visuel. Le style de Gantz utilise une méthode de dessins assez complexe basée sur l'informatique. L'exercice est délicat, l'auteur avait déjà expérimentée la chose dans ces oeuvres précédentes mais sans succès. Toutefois, dans le cas de Gantz les dessins sont une réussite totale. Le design est ultra travaillé et évoluera vers un niveau de perfection dans la suite du manga. La mise en scène du manga est de surcroît extraordinaire: l'enchaînement des cases est parfait, les prises de vue sont dignes de plans cinématographiques et on obtient un résultat visuel grandiose donnant une immense intensité à l'action et à l'intrigue.

L'univers est toutefois plus difficile d'accès même si on accepte son côté étrange et glauque. Si l'originalité des aventures du manga et le savoir faire de l'auteur dans l'évolution de son intrigue sont louables, l'ensemble est considérablement tâché par les délires pornographiques du Mangaka (oui, vous avez encore bien lu). Le manga est décidement un univers à part, a t-on jamais vu au cinéma un réalisateur de films pornos signer des oeuvres du génie de Spielberg? Pourtant, le cas est flagrant avec Gantz, le passé de mangas Hentai (mangas porno) de l'auteur est très rapidement visible avec une avalanche de scènes érotiques dont l'apport dans l'histoire est bien sûr totalement inutile. Et il faut vraiment se battre avec les premiers volumes pour dépasser les délires pervers de l'auteur et se dire qu'il y aura bien mieux ensuite, et il y aurait eu un risque majeur de décrochage si le style visuel n'avait pas été si abouti. De plus le mauvais esprit de certains personnages et de situations n'est pas vraiment agréable et on se demande bien où tout cela va aboutir.


Design d'enfer, mise en scène parfaite mais un univers difficile d'accés et qui part dans des délires singuliers.


Et bien finalement, on arrive à quelque chose de bien meilleur. En effet, l'histoire comme le manga décolle véritablement dés la troisième mission de Gantz après quelques cinq volumes difficiles. L'univers s'élargit, offre davantage de possibilités et l'action de même que l'intrigue se lâchent enfin. Mais surtout l'émotion est enfin présente, les personnages gagnent en profondeur et en humanisme et la part d'humanité qui manquait cruellement aux premiers volumes fait enfin surface. L'auteur délaisse ses fantasmes érotiques pour développer davantage son univers par le biais d'une nouvelle galerie de personnages originaux et de situations incroyables. Le manga frôle alors l'idéal de pur plaisir de lecture où les moments d'héroïsme d'une jouissance extrême croisent les séquences dramatiques d'une intensité poignante. Refermant un nouveau volume pour se plonger directement dans le suivant, le lecteur ne se rend même plus compte que l'oeuvre l'a totalement captiver mais dans quelques éclairs de lucidité il a le temps de se dire "bon sang, ça c'est du manga". Si l'auteur n'avait pas commencer de manière si déconcertante son histoire, Gantz serait peut être dans la place numéro 1 du top des mangas. Si l'étrangeté de son introduction est excusable car elle fait partie intégrante de l'univers, les variantes érotiques de l'oeuvre elles n'ont aucune utilité d'autant que si l'auteur les abandonne, il ne parvient pas à totalement les délaisser. La preuve en est avec le volume 15 de la série, sans doute le meilleur, qui commence pourtant sur quatre pages de partie de jambes en l'air. Malgré tout, Gantz frappe considérablement l'imagination d'autant que l'intelligence avec laquelle évoluent l'intrigue et l'univers mystérieux de l'oeuvre poussent le lecteur à s'imaginer les plus folles théories sur l'aboutissement de l'histoire ou l'explication du mystère de Gantz.


Gantz est donc une oeuvre indispensable à découvrir pour tous les amateurs de mangas et de science fiction. Les débuts de lecture ne seront pas évidents, aussi n'oubliez pas qu'une merveille de bande dessinée et d'aventure moderne vous attend jusqu'à la fin du manga. La parution française suit le manga de prêt, il n'est pas question ici de décalage ridicule comme avec les Death Note: sur les 21 volumes sortis en Japon, 19 sont déjà disponibles et le vingtième sortira vers début septembre. Vous pouvez donc directement vous mettre à lire ce sommet du manga pour peut être rejoindre l'immense communauté de fans de Gantz. Si vous préférez les dessins animés, attention toutefois avant de visionner l'adaptation de Gantz. En effet, si celle ci dispose de qualités certaines, elle est très inférieure à son modèle de papier mais le cas du dessin animé est assez particulier et sera plus longuement discuté dans le prochain article qui suivra. En attentant, n'hésitez pas à lire les aventures des héros piégés par une mystérieuse boule noire qui s'amuse elle aussi à jouer à Dieu.


On ne lit pas un manga pareil tous les jours, il faudra faire trés fort recréer un impact similaire et encore plus pour le surpasser.


PS: pour les fans de la série qui souhaiteraient davantage d'informations sur leur univers fétiche, un site s'impose:  http://www.gantzotaku.com/site.php?page=news

Le site est extrêmement complet et contient nombre de dossiers sur les personnages,armes et évènements de la série. Les intéressés par les dessins de mangas pourront également découvrir le procédé particulier de la conception par ordinateur des dessins de Gantz. Les fans peuvent également se procurer un volume spécial de la série nommé "Gantz Manuel" regroupant beaucoup d'informations sur le dessin animé et le manga original, mais il est toutefois disponible à un prix assez cher.


PPS: Le saviez vous? Nous vivons dans un pays de chanceux pour les passionnés de mangas. La France est le deuxième pays au monde qui lit le plus de mangas aprés le Japon bien entendu (suivi de prés par l'Angleterre et l'Allemagne) . Ce qui explique que la diffusion des mangas soit quand même assez importante et que leur place dans la culture populaire grandisse de plus en plus.

Une dernière image pour le plaisir: il ne vous rappelle pas un certain méchant des Final Fantasy?



Publié dans Mangas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Casino en Ligne 26/11/2010 12:18

Bonjour, on n'conaissé pas ce weblog, mais mon ami en avait parlé avant hier. On va jeté un coup d'oeil tout de suite tes autres billets, congrats concernant ton interessant travail... Bye ! Rose