Heroes: prêt à changer le monde?

Publié le par Leon9000

Il aurait été inconcevable qu'un article de ce Blog ne soit pas consacré à Heroes. La série est parvenue à faire en sorte qu'on ne parle que d'elle depuis plusieurs mois maintenant, bien avant sa diffusion télévisée dans nos contrées. Qu'il s'agisse de la question du téléchargement, des supers héros, des bandes dessinées ou des séries de manière générale, Heroes revient dans bien des discussions que l'on en dise du bien ou du mal. A présent que la première saison a traverser nos téléviseurs beaucoup plus tardivement que nos écrans d'ordinateur et que la deuxième saison sera bientôt diffuser sur les chaînes américaines, il est temps de voir si le phénomène mérite sa réputation ou s'il agit d'une nouvelle série surestimée.

Ne vous y trompez pas, nous ne sommes pas une BD.


Les débuts de la série ne portent guère à un jugement en sa faveur. Alors que la médiatisation de la série a été colossale, le commencement de Heroes l'est beaucoup moins. Les nombreux emprunts à X Mens et plus généralement à l'univers des comics deviennent assez rébarbatifs bien qu'ils soient totalement assumés par la série. Les éléments repris de la série "les 4400" sont encore moins honorables et le début de Heroes reprend d'ailleurs des défauts de la troisième saison décevante des 4400 à savoir une présentation maladroite des personnages créant un certain fossé de qualité et d'intérêt entre eux et de ce fait au sein de l'intrigue elle même. Certes la mise en scène et la narration de la série commencent déjà à s'affirmer mais la série agace par son impression de déjà-vu et ennuie par une intrigue qui a vraiment du mal à décoller et une philosophie basée sur la destinée assez énervante. Il faut donc attendre plusieurs épisodes avant de vérifier si la série mérite vraiment son nom de "Heroes".

Peu d'originalité, présentation maladroite des personnages, intrigue ennuyeuse: les débuts de Heroes ressemblent à une planche de BD ratée.


Les premières impressions négatives dont certaines sont assez tenaces finissent toutefois par s'évaporer au fil des épisodes. Tout d'abord parce que la série affirme son désir de s'éloigner de l'univers surréaliste des comics et de livrer un récit humain et fort le plus crédible possible. Ce n'est certes pas la première fois qu'une série traite de personnes normales ayant des dons surnaturels et devant vivre avec dans leur vie de tous les jours. Mais les scénaristes de Heroes montrent rapidement qu'ils ont une plus grande maîtrise de leur histoire que leurs collègues et la manière dont l'histoire évoluera et prendra finalement forme est bien plus ingénieuse que dans la plupart des séries américaines actuelles pourtant de grande qualité. Certes on pourra toujours reprocher à Heroes de ne pas avoir inventer un concept innovateur mais on ne pourra nier également que la série a fait évoluer son thème avec beaucoup de finesse et d'intelligence. Avec ces multiples intrigues parallèles sans lien apparent et se croisant pourtant sans cesse à travers un récit très fouillé, Heroes est l'occasion de mêler une série d'aventure à la narration très proche d'une BD parsemée d'humour et de tragédie où quelques thèmes forts se dégagent du récit: la lutte de l'homme face à la destinée, son parcours pour trouver une place dans le monde, et une thématique qui ne saute pas forcément aux yeux et qui est pourtant extrêmement présente: celle de la famille qui est au bout du compte le pilier de la vie de tous les personnages (comme dans les oeuvres d'un certain Spielberg).


L'humanité de la série ne l'empêche pas d'adopter un style visuel proche des bandes dessinées non pas avec des costumes moulants de supers héros mais des couleurs vives et des images fortes (d'où la violence parfois étonnante de la série). La série prend également par moments les attraits des Mangas, les BD Japonaises étant très liées aux comics américains, à travers le principal biais des deux protagonistes Japonais de Heroes sans lesquels la série ne serait pas aussi agréable. Ils apportent beaucoup d'humour et de décalage à l'ensemble et évitant de tomber dans la caricature souvent facile des étrangers dans les séries américaines. La place que prennent les personnages non américains est également l'une des qualités de Heroes. Malheureusement par manque évident de budget, la série n'a pas pu encore développer beaucoup cet aspect mais malgré tout le fait que le narrateur de la série vienne de l'Inde et un "Heroes" et son compagnon du Japon apporte une touche d'originalité dans la série. Celle ci parvient à mener son récit de manière efficace et maintient un suspense durable à travers une intrigue se complexifiant de plus en plus et une mise en scène toujours très efficace dans la lignée des réalisations de haute qualité des séries actuelles.


Ando et son ami "Super-Hiro" l'un des points forts de la série qui parvient à affirmer l'originalité et la qualité de son récit.


Oui le concept n'est pas original pour un sou, oui les débuts de la série sont franchement pénibles, mais qu'à cela ne tienne, les qualités de Heroes finissent par surpasser largement ses défauts. Un récit complexe et intelligent, une mise en scène soignée, une interprétation juste, de jolis effets spéciaux qui ne rentrent pas dans la surenchère, Heroes est sans doute l'un des meilleurs hommages que l'on pouvait faire à l'univers des comics tout en gardant un caractère assez intimiste et appréciable. De là à dire qu'il s'agit de la série à regarder absolument de toute urgence, il reste encore un pas à franchir qui viendra peut être avec la deuxième saison qui devrait bénéficier d'un plus grand budget et élargir la série à un horizon mondial. En tout cas, il ne sera nullement nécessaire d'être un amateur particulier des comics ou même de la science fiction pour apprécier Heroes, il suffira seulement d'aimer les séries actuelles et vu leur qualité de plus en plus remarquable, c'est la chose la moins difficile du monde.



Publié dans Séries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article