INLAND EMPIRE: Trois heures de David Lynch. Trois nuits blanches assurées.

Publié le par Leon9000

Sauf erreur de mémoire, la dernière fois que le nom de David Lynch a été prononcé sur ce Blog c'était à l'occassion du Dossier de Dune et de son adaptation trés controversée de l'oeuvre de Frank Herbert. Mais depuis cette époque à présent assez lointaine, David Lynch s'est imposé comme l'un des maîtres incontestés du cinéma, chacun de ces films étant attendu avec beaucoup d'ardeur et celui qui a vu Mulholand Drive et s'est demander comment un tel puzzle, merveille d'ingéniosité et de talent narratif, pouvait avoir pris forme dans un film, comprendra certainement l'enthousiasme qui règne autour de chaque nouvelle sortie du grand Maître. Son dernier bijou en date est une oeuvre de trois heures intitulée Inland Empire. Trois heures de mystère, d'incompréhension, d'admiration, de démonstration de génie en tous genres et aussi de frustration et d'énervement devant cet impossible puzzle à résoudre alors que toutes les clés nécessaires semblent pourtant avoir été données. Pas de doute, nous sommes bien devant du David Lynch.

Laura Dern. Mars Distribution

L'héroine: "Je comprends rien". Les spectateurs: "T'inquiète pas. Nous non plus".

Vous aurez beau vous préparer mentalement à ce qui vous attend, analyser chaque détail de chaque scène, vous jurer que vous résoudrez l'énigme de l'oeuvre avant son dénouement, rien n'y fera, vous n'y comprendrez rien et sortirez de la salle en vous demandant si vous êtes le dernier des imbéciles et bien David Lynch le dernier des barjos. Car c'est là tout le talent du cinéaste, prendre à contre sens la logique et le raisonnement du spectateur et de ce fait vous ne pourrez trouver la solution aux nombreuses énigmes du film qu'en retournant l'oeuvre dans votre tête de toutes les façons possibles et imaginables et une fois votre hypothèse établie avec certitude, il ne vous restera plus qu'à aller revoir le film en ayant votre propre solution toujours en tête et vous pourrez ainsi en vérifier la véracité ou bien son incohérence. Rares sont les films qui vous ammènent à une réflexion si intense sur leur signification, et c'est justement tout le processus de clarification de tant d'éléments obscurs qui est si passionnant, Inland Empire tout comme Mulholand Drive est une oeuvre qui est aussi intéressante à voir qu'à réfléchir dessus par la suite. Cela vous prendra du temps, mais n'hésitez pas à forger votre propre hypothèse sur le film car malgré le brouillard d'étrangeté régnant pendant tout le visionnage de l'oeuvre, la conviction qu'il existe un sens à tout cela demeure, vous pourrez par exemple deviner à l'avance quand plusieurs éléments du film reviendront à des intervalles parfois trés éloignés, mais même si il est trés peu probable que vous en deviniez le sens directement, vous serez sur la bonne voie. N'hésitez pas non plus à pousser votre entourage à aller voir le film et à dialoguer sans retenue avec les personnes qui ont également vu ce nouveau puzzle de David Lynch, car c'est dans la diversité des hypothèses énoncées et dans un échange d'idées sur le film que vous aurez le plus de chances d'avancer dans votre réflexion. Et ça, ce n'est pas tous les jours qu'un film vous provoque un tel effet, voilà assurément ce qu'on appelle l'art à la David Lynch.

Laura Dern. Mars Distribution

Qu'il s'aggise de lampes, de portes ou même de tournevis, analysez tous les éléments du film et retenez les. Il est presque matériellement impossible que vous en compreniez le sens à la sortie du film mais réfléchissez sans cesse dans votre tête ou à plusieurs sur la signification de l'oeuvre et vous finirez par avancer dans votre réflexion.

On pourrait encore inonder de louanges le film tant les concepts émotionnels et artistiques de David Lynch transpercent l'écran, à défaut d'être toujours compréhensibles. Bien sûr, la mise en scène du cinéaste fait preuve de beaucoup de brio, notamment par le regard dénué d'artifice qu'elle porte sur les personnages, un concept parmi tant d'autres trés intéressant compte tenu de la nouvelle critique, presque inévitable, d'Hollywood adressée par le cinéaste. La photographie du film est extraordinaire et les effets de lumière donnent lieu à des ambiances extrêmement fortes et souvent stressantes par leur caractère fortement machiavélique. Mais le film doit avant tout être découvert par le spectateur, aussi il est inutile pour l'instant d'entrer dans une analyse profonde des concepts de Inland Empire, le cinéphile doit se forger sa propre vision des choses à travers son regard du film sans être influencé par des avis antèrieurs à la vision de l'oeuvre, bien qu'il est plus que probable qu'un article sera posté dans quelques mois sur l'interprétation personnelle de l'oeuvre de David Lynch.

Pour l'heure, sachez juste que le film est plus stressant et joue davantage sur les nerfs du spectateur que dans Mulholand Drive, à un point presque épuisant, une tension perpétuelle régnant pendant ces trois heures de film. Le seul défaut majeur du film découle d'ailleurs de cette observation, la durée longue de trois heures était peut être évitable car bien qu'une longue durée permette une narration extrêmement complète comme il se doit, on aurait tendance à dire que le cinéaste se laisse un peu aller et qu'aprés avoir été totalement paumé pendant deux heures, le spectateur est un peu trop agacé de ne rien comprendre de ce qu'il voit du début à la fin du film. Mais vu la réflexion apportée par le film, on ne va pas trop s'en plaindre.

Laura Dern. Mars Distribution

Si la durée un peu longue du film finit par plonger le spectateur dans un agacement un peu trop persistant, celui ci n'est rien comparer à la richesse du film.

Si vous arrivez à comprendre Inland Empire à la sortie du film, vous méritez une médaille car il s'agit là d'un exploit relevant d'une liberté presque surhumaine dans la logique et la réflexion. Mais la logique serait plutôt que vous sortiez de la séance totalement déboussollé mais enthousiaste à l'idée de passer encore de longues journées à réfléchir sur le film non pas seulement en tant que souvenir d'un grand moment de cinéma mais aussi comme un immense puzzle dont il vous manque toujours la clé. Perséverez et vous la trouverez tôt ou tard, mais ce n'est certainement pas David Lynch qui vous donnera la réponse.



Publié dans Films vus en salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article