La Jeune fille de l'eau, film réussi dévoilant une nouvelle fois le talent de M Night Shyamalan mais dont le message du film pas forcément respectable est assez innatendu.

Publié le par Leon9000

M.Night Shyamalan. En quatre films, ce jeune prodige du cinéma a réussi à s'imposer durablement auprès du public grâce à une mise en scène particulièrement soignée et trés spécifique au réalisateur qui sert à merveille les récits ambitieux et originaux que le cinéaste élabore pour chaque film. Chaque oeuvre du cinéaste témoigne toujours de beaucoup de travail et d'un engagement profond du cinéaste dont chacun des films est marqué par des choix artistiques risqués mais assumés jusqu'au bout. Si un débat est souvent ouvert sur la qualité de plusieurs de ces longs métrages, le talent du cinéaste est souvent reconnu et ses nouveaux projets suscitent souvent beaucoup d'espoirs car le réalisateur s'engage à chaque fois dans un nouveau style de récit toujours marqué toutefois par sa patte cinématographique reconnaissable au premier coup d'oeil. Ainsi, après Sixième Sens, Incassable, Signes et le Village, le nouveau film du réalisateur s'intitule la Jeune fille de l'eau et fait preuve une nouvelle fois d'originalité puisqu'il s'agit d'un récit que Skyamalan avait à la base écrit pour ses enfants. Le film ne s'annoncait toutefois d'ores et déjà pas comme un conte de fées puisque le réalisateur semblait avoir empregnié son histoire d'une touche horrifique particulièrement intéressante.

La Jeune fille de l'eau se présente donc comme l'histoire d'un concierge d'immeuble trouvant une sirène dans sa piscine et qui avec l'aide des habitants de l'immeuble va devoir aider la créature aquatique à mener sa mission à bien et à la protéger d'une créature étrange. Compte tenu du talent indéniable du réalisateur et de ses qualités artistiques remarquables, l'acharnement que subissait la jeune fille de l'eau de la part des critiques (tant publics que professionnelles)  avait de quoi étonner. A la vision du film, il apparaît que d'une part ces critiques ne sont pas du tout méritées mais que d'autre part elles sont parfaitement justifiées. En effet, la jeune fille de l'eau est un conte poétique réussi et captivant mais les différents messages adressés par le réalisateur et profondément ancrés dans le film nuisent beaucoup à la qualité du long métrage car ils sont critiquables par bien des aspects. Le sentiment que procure la Jeune fille de l'eau est particulièrement déroutant et tout le long du film, les impressions vis à vis de l'oeuvre sont déchirées entre le cerveau et le coeur.

Affiche teaser américaine. Warner Bros.

Je me demande qui a laissé ces traces par terre.

En premier lieu, avant que le film ne s'engage dans diverses réflexions au raisonnement discutable, ce qui frappe en premier lieu est le génie de Night Skyamalan. La mise en scène est toujours aussi captivante même si il faut avouer que des précédents films du cinéaste ont été plus impressionants dans ce domaine. Toutefois, le mélange entre conte de fées et film d'horreur est particulièrement agréable car ainsi l'atmosphère du film prend des orientations radicalement d'une scène à l'autre et ce d'une manière souvent innatendue. Ce principe est illustré par les séquences avec le loup toutes mythiques même si au bout du compte, on regrette que l'aspect horrifique de l'oeuvre ne soit pas aussi accentué que dans Sixième Sens.

Le récit fait encore une fois preuve d'une habilité dans la narration exemplaire. En basant son film sur le destin de l'homme sur Terre, M Night Shyamalan confère ainsi à des personnages ordinaires une importance cruciale dans le sort de l'humanité et dresse ainsi une analyse excellente de différents portraits sociaux dont le décor principal du film convient à merveille pour les montrer dans leur vie quotidienne. Ces personnages qui au bon gré du scénario se retrouvent soudain sur le devant de la scène sont interprétés par des acteurs impeccables qui ont joué avec beaucoup de naturel leurs rôles, qu'il s'agisse d'humains ou de sirène. Ainsi, la jeune fille de l'eau aurait pu rester un grand conte humaniste et poétique, ambitieux et original. Seulement de nombreux choix dans la tournure que prend le message du film instaurent une tâche noire à ce beau tableau, une tâche qui pour certains pourra entièrement obscurcir l'oeuvre de Shyamalan.

 

Des qualités artistiques toujours au rendez vous. La patte du réalisateur se fait sentir.

Alors autant dire qu'en ce qui concerne le message du film, c'est un véritable déluge de critiques qui peuvent s'adresser vis à vis de la Jeune fille de l'eau, et cela dependra surtout de la manière dont le spectateur regardera le film. Mieux vaut aller directement à l'essentiel avec les points qui pourront fâcher plus ou moins selon la nature du public. Je pense qu'il vaut mieux que je précise au préalable les différents éléments qui m'ont le plus agaçer. Je n'aime pas vraiment employer des termes tels que "personellement" ou "selon moi" dans mes critiques mais vis à vis de ce film le sentiment que l'on peut ressentir en regardant l'oeuvre dépend trop des opinions personnables du spectateur pour qu'on n'en tienne pas compte. Commencons donc. Tout d'abord, ce qui frappe au fur et à mesure que le récit prend de l'ampleur, c'est la naiveté générale du film qui se présente comme une solution miracle pour résoudre tous les problèmes du monde, et un retour vers le rêve au détriment de la sombre réalité. Un message humain et naif mais qui est mis en scène avec tellement de sérieux et de conviction que beaucoup pourraient trouver ridicule. Ce n'est toutefois pas mon cas. 

De même que la réprimande même pas voilée adressée aux critiques de cinéma ne m'a pas choqué outre mesure (au début) . Si la critique aux journalistes est assez puérile dans son contenu voir même carremment gonflée, elle est lancée avec intelligence pour ne pas paraître grossière, bien qu'elle demeure simpliste. Là où par contre Skyamalan semble se tromper de sujet, c'est quand la Jeune fille de l'eau devient une analyse de son propre parcours cinématographique. En effet, le réalisateur s'inclue lui même dans le récit et l'importance de son sosie dans le film devient inutilement trop forte. Le cinéaste fait en quelque sorte la gloire de son génie, d'une manière trés simpliste où ces choix artistiques deviennent la source de renaissance de l'humanité. Ainsi ce conte de fées aux allures horrifiques devient inexplicablement de plus en plus un éloge du travail de Skyamalan qui rejette avec simplicité ses détracteurs en les caricaturant sous la forme d'un critique de cinéma austère arrogant et ridicule dans sa faiblesse d'esprit tout en faisant d'autre part l'apogée de son talent d'une manière si simpliste qu'elle en devient abérrante d'arrogance de la part du réalisateur, surtout compte tenu du message ultra simpliste du film qui soudain apparaît comme beaucoup moins touchant car trop dirigé vers les objectifs personnels du réalisateur.

Et du coup, toute l'ambiance du film qui paraît au début merveilleuse et émouvante prend une tournure désagréable car soudain pris avec trop de sérieux et tourné ridiculeusement de manière à mettre en valeur le génie du réalisateur. La Jeune fille de l'eau en étant ainsi prise au sérieux apparaît ainsi d'une simplicité regrettable.

M. Night Shyamalan (réalisateur) et Paul Giamatti. Warner Bros.

Mais pourquoi donc M Night Shyamalan a t-il tourné son film d'une manière si étrange?

La Jeune Fille de l'eau aurait du rester un conte de fées tourné à la sauce Shyamalan. Si cela avait été le cas, il aurait pu être un film grandiose dont le message humaniste aurait été touchant. Mais Shyamalan nuit beaucoup au film en s'insérant tellement dans le récit et en l'orientant vers des choix si personnels. Adresser une critique aux journalistes est au départ amusant mais lorsque cela devient l'un des éléments qui composent une ode à la gloire du réalisateur et de son travail, tout le film perd beaucoup en saveur. Qu'a donc pensé Night Shyamalan en tournant son film de cette manière, comment peut t-on faire la gloire d'un message aussi simpliste dans tous ses composants? Se limiter à un message humain aurait été raisonnable mais le traiter avec tellement de sérieux comme si Shyamalan avait eu l'idée du millénaire nuit beaucoup trop à l'oeuvre. Si l'on arrive à dépasser cet aspect particulièrement repoussant de l'oeuvre, on arrive à apprécier beaucoup ce conte original et ambitieux, mais le message du film et surtout le traitement qu'il subit a clairement attirer l'attention totale de nombreux critiques, et ce pour des raisons justifiées. La Jeune fille de l'eau est un film trés déroutant, peut être le plus difficile à juger de la carrière du cinéaste et l'un des films de l'année dont la critique aura sans doute été la moins aisée. De la même manière que ce film est le plus personnel de M Night Shyamalan, il constitue également son oeuvre la plus risquée dont le véritable pari n'est finalement pas vraiment réussi. Mais tout de même, l'univers dépeint par le film est si original et l'ambiance de conte de fée horrifique si agréable que malgré ses innombrables défauts dans le message qu'il adresse, la Jeune fille de l'eau reste tout de même un bon film. Mais le débat autour de cette oeuvre va être sacremment animé, c'est la seule chose sur lequel le film n'est pas déroutant.



Publié dans Films vus en salles

Commenter cet article

Johna 05/09/2006 20:25

yep darky, jolie analyse.

Je me permet d'y ajouter quelques points non relevés qui ont, pour ma part, fait que le dernier film de Shyamalan est clairement son moins réussi.
L'intrigue et le message du film sont, à l'image de l'écriture de shyamalan, très soignée et épurée, tout comme ses plans. On retrouve sa " patte " tant au niveau du scénario que de la réalisation. La première heure est par ailleurs très réussie. On pénètre avec aisance dans son univers et le sentiment dégagé à la mi film est que M. Night reste un fabuleux conteur .

Mais là ou son univers et la réussite de ses prédécents films prenaient toute leurs forces, il les perds dans ce Lady in the water pour une simple raison...en nous donnant les clès des différentes énigmes posées avant même que notre imagination en devine les aboutissants.
Là ou Night , jadis, nous laissait le choix du libre arbitre quand aux actions entreprises par les différents protagonistes, ici il nous force à le suivre, ne laissant que peu d'ambiguité aux personnages du récit. Là ou Shyamalan voilait le mystère et nous laissait les portes ouvertes, un libre jugement, sur le bien fondé de ses héros, là il nous dit clairement...vous êtes avec moi...ou contre moi.
Ce manque de tact et ce message forcé freine les ambitions du film, le noie dans un passage obligé. C'est très regrettable, d'autant plus que les bases avaient été judicieusement posées.
Et cette passation de pouvoir au seins du petit groupe avant la résolution finale en devient presque comique, voir absurde...( perso j'ai définitivement décroché là )

Enfin voilà, je reste un grand grand fan de Shyamalan. Car ce réal est bel et bien, malgré un petit faux pas facilement excusable, l'un des meilleurs réalisateurs présent à ce jour sur le circuit.