Kill Bill Volume 1: le melting pot de Tarantino

Publié le par Leon9000

Bruce Lee n'est pas loin...

L'élément principal qui saute aux yeux dés le premier visionnage de Kill Bill est la volonté du réalisateur, le désormais trés célèbre Quentin Tarantino, de condenser en un seul film de multiples hommages aux diverses oeuvres qui ont parsemées sa jeunesse. Avec son audace habituelle et une absence quasi totale de limites, Tarantino rend ainsi hommage à travers cette sombre et violente histoire de vengeance au cinéma de Sergio Leone, à Brian de Palma mais surtout à la culture japonaise, des anciens films d'arts martiaux jusqu'à l'animation japonaise. De ce fait, la principale critique qui pourrait être adressée à Kill Bill serait finalement son manque d'originalité et une certaine facilité dans son concept en piochant ainsi à droite à gauche différentes idées déjà illustrées dans d'autres oeuvres. Néanmoins, le talent indéniable de metteur en scène et de scénariste de Tarantino réussit à faire de Kill Bill une oeuvre à part qui tire justement sa personnalité en parvenant à mélanger aussi efficacement des inspirations aussi variées.

Le film bénéficie d'un travail visuel exemplaire, chaque plan est soigneusement préparé par Tarantino et le cinéaste prend le temps de mettre en valeur la beauté de ces images, parfois même au détriment du dynamisme des scènes d'actions. Le récit, tout en appuyant plusieurs hommages évidents aux multiples influences du film, accumule les répliques tarantinesques savamment placées et bénéficie d'une narration déconstruite comme le cinéaste les affectionne. Kill Bill est ainsi composé de cinq chapitres, situés à des positions opposées en terme de chronologie, et dont chacun  dispose d'une ambiance particulière renvoyant à un hommage spécifique de la part de Tarantino.

Lucy Liu. TFM Distribution

Quand il s'en donne la peine, Tarantino montre trés vite qu'il sait bien manier une caméra.

Au fil d'une bande son absolument géniale et jubilatoire, Kill Bill constitue ainsi un hommage ambitieux aux multiples cultures qui ont bercés l'existence de Tarantino. Si les détracteurs pourront mettre en avant une certaine facilité dans le concept du film, Tarantino contrecarre ces réprimandes grâce à l'audace absolue avec laquelle il batît son film ainsi que le travail exceptionnel accordé tant à la réalisation qu'à l'intrigue. Il est malheureusement regrettable que Tarantino n'ait pas fait preuve d'un travail aussi soigné et professionnel dans Boulevard de la Mort, sa recette basée sur les références et les hommages ayant ainsi beaucoup plus de mal à emporter l'adhésion.

Uma Thurman. TFM Distribution



Publié dans Films du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article