Lorsque Miyazaki traite du conflit entre l'homme et la nature, il met en scène un véritable rêve dont la beauté est stupéfiante.

Publié le par Leon9000

Miyazaki ou l'histoire d'un phénomène. Le réalisateur est l'une des plus grandes incarnations vivantes du film d'animation Japonais et a su conquérir la terre entière à ses quêtes fantastiques et éducatives. Il faut dire qu'il y a de quoi, car les Miyazaki sont la plupart du temps, de véritables chefs d'oeuvres, preuves d'une imagination incroyable et véritables incitations au voyage, à la rêverie, et aussi à porter un autre regard sur notre monde. Si le voyage de Chihiro fut la consécration pour le réalisateur, il s'était déjà auparavent attirer les éloges grâce à Princesse Mononoké qui , s'il est le témoin des particularités courantes dans les films du cinéaste, représente aussi une oeuvre à part entière dans la carrière de Miyazaki. Mais au bout du compte, c'est une véritable épopée que livre ce film avec une intensité vraiment spécifique au film. Prêt pour le voyage?

En route...

Puisqu'il s'agit içi du premier Miyazaki que je note sur ce blog et que Princesse Mononoké est trés loin d'être une oeuvre moindre dans la carrière du réalisateur, autant en profiter pour mettre en valeur les éléments qui ont fait le succés des films du cinéaste et qui sont plus que présents dans Princesse Mononoké. En premier lieu, on ne le redira sans doute jamais assez, mais l'incroyable imagination du cinéaste est vraiment remarquable. Que ce soit dans l'histoire qu'il crée, dans les personnages et les créatures qu'il met en place à l'écran ou dans les thèmes réels qu'il aborde à travers ses mondes imaginaires, Miyazaki fait preuve d'une inventivité remarquable, qui coupe totalement avec tout ce qu'on a pu avoir l'occassion de voir, et à chacun de ses films c'est un nouvel univers merveilleux et toujours trés recherché qu'on découvre. La répétition? La banalité? Ce ne sont pas des termes que connaît Miyazaki et chacun de ses films est un nouveau voyage d'anthologie qui n'incite qu'à développer l'imagination et les rêves. A mes yeux, l'imagination du cinéaste est telle qu'à titre de comparaison, Tim Burton passerait presque pour un rêveur de la place du village à côté de Miyazaki.

Il faut dire que Miyazaki a un avantage et non des moindres: il ne filme pas des acteurs en chair et en os, mais utilise toujours l'animation comme support et c'est également en cela que Miyazaki excelle. Le cinéaste a un don étonnant pour emporter le spectateur dans ses rêves si complexes en parti grâce à l'animation qui lui permet d'avoir un contrôle beaucoup plus fort sur son oeuvre qu'avec un film. Si bien sûr, certains seront logiquement un peu perdus dans ce monde si étrange et fantastique, en particulier si vous attaquez directement Miyazaki avec des oeuvres aussi complexes que le voyage de Chihiro, les aventures que vivent les personnages sont de toute manière vraiment divertissantes et suffisent pour que le spectateur perdu suive tout de même le film. Par son imagination si merveilleuse et complexe et par son talent indéniable à mettre en scène les différents univers tirés de ses rêves, Miyazaki mérite amplement l'admiration qu'on lui consacre, et écrase définitivement tous les concurrents mondiaux, Disney n'ayant plus qu'a aller se rhabiller (cela dit, Miyazaki ne voit pas vraiment Disney comme un adversaire, son dernier film le château ambulant étant né d'une collaboration entre le réalisateur et le célèbre studio). Aprés ce rapide tour des qualités du cinéaste ( car croyez moi, ces films sont tellement travaillés qu'ils mériteraient chacun un dossier), à présent il est temps de s'intéresser aux particularités du film testé dans cet article, à savoir Princesse Mononoké.

Dans chaque Miyazaki, il y a tellement d'éléments que chaque film constitue une saga à lui tout seul.

Le thème abordé dans Princesse Mononoké est clair: les rapports entre l'homme et la nature, un sujet trés courant dans les contes Japonais dont il faut saisir l'importance dans le pays pour comprendre la majorité de leurs oeuvres, puisque ce thème va des films d'animation comme celui ci jusqu'aux jeux vidéos ( la nature est clairement le thème principal de Final Fantasy 7) , sans oublier le phénomène Godzilla symbolisant la vengeance de la nature aprés les ravages de l'homme ( Godzilla n'étant pas contrairement au film de Roland Emmerich né des essais nucléaires Francais dans le pacifique, mais de la bombe atomique de Hiroshima). Un thème courant certes, mais qui est montré içi avec particulièrement de beauté et d'ampleur, le talent de Miyazaki et son imagination développant ce thème avec beaucoup plus de puissance qu'on avait pu le voir auparavent. Autant de force et de beauté dans le sujet qu'il traite a rarement été ressenti aussi fort dans la carrière du cinéaste, si ce n'est dans quelques séquences magnifiques du chateau ambulant qui illustraient pour leur part, les méfaits de la guerre. Toutefois, ce n'est pas le thème de Princesse Mononoké qui fait la particularité de ce film dans le parcours de Miyazaki (celui ci revenant à de nombreuses reprises dans les oeuvres du cinéaste) mais c'est bien le traitement de l'histoire qui étonne beaucoup.

Le rapport entre l'homme et la nature est rarement apparu avec autant de force...

Alors là, autant te dire, que le film étonne vraiment beaucoup. Princesse Mononoké marque un sacré changement dans le traitement des histoires du cinéaste, puisqu'en effet, le film constitue sans doute l'oeuvre la plus épique, la plus chevaleresque, mais de ce fait aussi l'oeuvre la plus violente et la plus sombre du cinéaste. La maturité de ce film impressionne, le réalisateur n'hésitant pas à montrer la violence quand cela est nécessaire. Si cette part de noirceur a pour conséquence que contrairement à des oeuvres comme le château dans le ciel, le château ambulant ou le voyage de Chihiro, il est plutôt déconseillé de faire découvrir le film à un jeune public, cette obscurité a aussi pour effet que pour le reste du public elle amplifie beaucoup l'émotion qui se dégage du conflit entre l'homme et la nature. Miyazaki ne fait ni dans la violence gratuite, et ne dénature pas la beauté habituelle de ses films, mais cette noirceur est juste nécessaire au bon fonctionnement de l'histoire, pour réellement montrer la gravité du conflit entre les humains et la fôret. Un voyage fantastique beaucoup plus sombre et beaucoup plus épique qu'à l'accoutumée au point qu'on en vient parfois à se demander si Miyazaki ne décrit pas véritablement notre monde et grâce à cela ce film se hisse sans peine dans le classement des meilleurs films du réalisateur.

Le film se démarque des autres oeuvres du cinéaste par beaucoup plus de violence et d'aventures, des éléments qui ne font que renforcer la qualité du film.

Au bout du compte, ce film est vraiment un véritable chef d'oeuvre du cinéaste. Regroupant toutes les qualités quotidiennes des films du réalisateur (dont la musique qui est içi magistrale), traitant de la nature avec beaucoup d'habileté et de crédibilité malgré l'univers trés fantastique du film, et marquant par sa noirceur et sa violence qui contribuent beaucoup à l'émotion du film, Princesse Mononoké figure sans peine parmi les meilleurs Miyazaki, ce qui est loin d'être peu dire, et constitue une fois de plus un voyage dans un univers tellement envoutant qu'on voudrait qu'il ne se finisse jamais. A ce propos, comme dans la plupart des Miyazaki, l'histoire est si captivante qu'on aurait presque le sentiment que la fin est trop rapide, et on ne demande qu'à redécouvrir cet univers, car chaque Miyazaki appelle facillement à une suite. Toutefois, et fort heureusement, Miyazaki sait résister à la tentation commercialle de faire des suites à ces films, et préfère créer de nouveaux mondes merveilleux dans ses nouvelles oeuvres. Grand merçi à lui pour cela, et trés grand merçi pour ces fabuleuses aventures qu'il nous livre, dont celle ci, si elle est la moins destiné à un public large, est peut être sa plus mature et sans aucun doute l'une de ses plus intéressantes.

Loin de la petite fille perdue du voyage de Chihiro, le parcours de ce guerrier cherchant à guérir une malédiction est beaucoup plus épique et sombre mais tout aussi captivant.

P.S: pour ceux qui ne le sauraient pas, le prochain rendez vous avec Miyazaki sera le 23 août prochain mais ce ne sera pas un de ces nouveaux films mais l'une des anciennes oeuvres. En effet, tout comme Porco Rosso, le chateau dans le ciel ou Kiki la petite sorcière, l'un des films de Miyazaki considéré par beaucoup comme l'un de ces plus grands chefs d'oeuvres va sortir plus de vingt ans aprés sa création. Nommé Nausicaa, la nature est une nouvelle fois au centre de ce film, qui semble également trés proche de Princesse Mononoké. Dans tous les cas, ce sera un évènement à ne pas manquer.



Publié dans Films du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Haziel 12/05/2007 14:59

Moi ossi jkiffe trop ce Princesse Mononoké. Hayao Miyazaki montre l'importance de la nature dans ce film et (tu as bien raison), on dirait qu'il déctit ce paysage comme notre monde d'haujourd'huis. On peut peut être imaginer qu'un jour toute la nature se rebelle comme dans le film. Salut >.< j'espère que plein d'autre personne iront acheter, loué et regarder ce film encore et encore >.

PATTY 07/11/2006 20:33

tro tro bien ce film!jlai vu o cine g vu le voyage de chihiro tro tro bien oci!jdr tro ce realisateur!c vrai kon a linpression ke c pa fini i pourer metre un pe plus ds c film on et dgout kan c fini!jm bien ki face pac d mes importan ds c film!

toxica 17/07/2006 21:18

un pur chef doeurvre ce film!!! il ns remontre limportance de la naure!! vivmen ke nausicaa sorte en salle !

Ciliou 13/07/2006 17:28

Je ne suis pas fan de manga mais lorsque j'ai vu Princesse Mononoke, j'ai été émerveillée, autant par le dessin que l'histoire, j'aime l'importance de la nature.