Millénium: les hommes qui n'aimaient pas les femmes

Publié le par Leon9000

Noomi Rapace. UGC Distribution

Qui a dit que les punks n'avaient pas de charisme?

Bénéficiant d'une belle photographie et d'une réalisation soignée, Millénium se présente clairement comme une adaptation sérieuse et intelligente. Malgré le succés international du livre originel, le film évite ainsi le piège de la retranscription facile et commercialle. En premier lieu, Hollywood n'a point son mot à dire içi, l'oeuvre porte entièrement son empreinte suédoise, que ce soit dans les paysages, les acteurs ou même derrière la caméra. Les différents décors du film, vastes étendues glacées de forêts et de lacs, ne sont pas des éléments anecdotiques mais s'intègrent parfaitement dans l'atmosphère sombre et amère du film avec une représentation particulièrement crue de la violence et de la sexualité . Que les âmes romantiques passent donc leur chemin, Millénium ne s'adresse pas à eux. Néanmoins, malgré son ambiance macabre, le récit offre une enquête intéressante et intelligemment ancrée dans la réalité, renforçant l'immersion du film. Les deux héros sont de plus sympathiques et bien interprêtés, leur parcours se laisse donc suivre avec plaisir.

Néanmoins, malgré ses qualités, il apparaît vite évident que l'univers de Millénium est beaucoup plus destiné aux pages d'un roman qu'à l'objectif d'une caméra. La dimension psychologique et torturée du récit est ainsi quelque peu amoindrie dans ce film, même si la critique principale concernant les misogynes y est présente. La mise en scène tente à de nombreuses reprises de dynamiser le récit mais le spectateur a ainsi plus de difficulté à suivre la narration du film, d'autant que Millénium possède une longue durée et l'ennui est ainsi présent vers le dénouement de l'intrigue.

UGC Distribution

"Les hommes qui n'aimaient pas les femmes": l'explication de ce sous titre est vite compréhensible.

Malgré ses nombreuses qualités dont son interprétation, son intrigue macabre et son ambiance dépaysante, Millénium souffre ainsi du problème des adaptations de livre au cinéma et perd une partie de son impact sur grand écran, malgré les efforts louables du réalisateur. S'il demeure un bon film et un bon divertissement (mais néanmoins d'une violence crue et déroutante), Millénium ne laissera pas une empreinte éternelle dans le monde du cinéma mais pourra néanmoins donner envie aux spectateurs de se plonger dans la lecture des romans originaux. Et en cela, Millénium a partiellement gagné son pari.



Publié dans Films vus en salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dasola 03/07/2009 17:50

Bonjour, je suis d'accord sur la fin de ce billet: mon ami qui n'avait pas lu les romans m'a dit à la fin de projection: " je vais les lire". Il a lu la trilogie en 4 jours (c'est un lecteur compulsif). Bonne fin d'après-midi.