Le Parrain deuxième partie: on ne trahit pas un Corleone.

Publié le par Leon9000

Giuseppe Sillato et Robert De Niro. Les Acacias

"Je te pardonne...Antonio, va préparer la corde".

Faire une suite à un film mythique tel que le Parrain est un pari osé, et il est encore plus admirable quand la suite n'a pas à rougir de son prédécesseur. Aprés la transmission du pouvoir d'un père à ses fils, voici la lutte acharnée et sans merci pour le maintenir. A travers un scénario plus tortueux où les trahisons, vengeances et complots sont monnaie courante, Coppola livre une oeuvre encore plus sombre et cruelle que l'originale, mais pourtant non dépourvue d'une certaine émotion.

En parralèle avec l'intrigue principale menée par un Al Pacino impressionnant, le cinéaste revient également sur la jeunesse du premier Parrain et les premiers instants où il tourna à sa manière le rêve américain. Robert de Niro parvient brillamment à se faire accepter dans le rôle pourtant culte de Marlon Brando et son rôle permet de livrer un autre regard sur un personnage pourtant connu de tous. Pour le reste, Coppola retrouve les mêmes ingrédients qui faisaient le charme du premier chef d'oeuvre: une ambiance captivante avec ses longues contemplations et ses soudaines explosions de violence, une maîtrise impressionnante de la narration et une mise en scène de génie, servie pour une musique toujours aussi culte.

Voici le digne prolongement d'une des oeuvres les plus mythiques du cinéma. Tout en respectant son aîné, le Parrain 2 rajoute sa propre part à cette incroyable histoire et poursuit ce récit inhumain de valeurs fondées sur le crime tout en étant dans le même temps terriblement réaliste.



Publié dans Films du jour

Commenter cet article