Prince Of Persia: les deux royaumes. Découvrez l'ultime volet d'une saga extraordinaire.

Publié le par Leon9000

Laissez moi vous conter une histoire extraordinaire. Celle d’un homme qui franchit les lois du temps et défia le destin. D’un jeune prince qui ne vivait que pour des rêves de gloire et d’aventure mais dont la témérité le conduisit à des actes aux conséquences incalculables. Un héros qui tenta envers et contre tout de réparer ses erreurs, ce qui le conduisit à plusieurs années d’exil qui noircirent son âme. Aujourd’hui, cet homme est de retour sur sa terre natale mais celle ci est ravagée par la guerre. Son courage est devenu soif de vengeance, ses idéaux de justices ont été obscurcis par la souffrance et le chagrin, sa haine a été décuplée après les innombrables batailles qu’il a mené. Dépossédé de son trône, traqué comme un criminel, un Prince dont l’âme est aussi ravagée que les territoires de sa patrie livre un ultime combat. La survie d’un royaume entier dépend de lui mais la véritable bataille qu’il devra gagner sera…

 celle pour la survie de son âme.

 

 

                                                          PRINCE OF PERSIA :

                                                          LES DEUX ROYAUMES.

 

 A l’heure où la saga Zelda a de nouveau brillée de mille feux, une autre franchise s’est achevée en beauté au cours d’une ultime aventure inoubliable. Il s’agit de la grande saga de Prince Of Persia dont un récapitulatif léger est nécessaire pour comprendre toute la réussite de son ultime chapitre intitulé les Deux Royaumes.

 

Une première aventure merveilleuse et enchanteresse à souhait.

 

Prince Of Persia est un héros de jeux vidéos qui existe déjà depuis bien longtemps, mais il fit un retour en force très remarqué il y a quelques années à la sortie d’une aventure nommée  les sables du temps  . Le jeu fut salué avec forts louanges par une grande majorité des critiques, en effet, le titre se révélait être l’un des jeux de plate forme- aventure les plus réussis depuis longtemps. Outre des qualités techniques indéniables, dont entre autre une facilité de prise en main et un amusement immédiat dans les phases de plate forme qui fut largement réutilisé dans d’autres jeux par la suite, Prince Of Persia marqua beaucoup les esprits par son ambiance enchanteresse et envoûtante digne des contes des milles et unes nuits. Le sentiment de vivre une aventure digne de celle d’un conte était présente à chaque instant du jeu notamment dans le fait que la sensation d’être un héros vivant des aventures extraordinaires était particulièrement forte. Si les graphismes n’étaient pas impressionnants en terme de réalisme, ils instauraient toutefois des ambiances remarquables, avec des décors à la beauté très soignée et des jeux de lumière soulignant magistralement la part enchanteresse de l’aventure. Prince Of Persia les sables du temps est toujours considéré à ce jour comme une perle du jeu vidéo et fut la pierre fondatrice d’une saga dont le héros était destiné à rester dans les mémoires de nombre de joueurs.

 

Une suite radicalement différente, et bien que techniquement excellente, son ambiance sombre et violence a du mal à trouver l'adhésion.

 

La suite, elle, fut très surprenante. Ubisoft, le talentueux studio français en charge du développement de la saga, avait visiblement décidé de miser sur l’effet de surprise en changeant radicalement l’univers proposé par le premier Prince Of Persia. Aussi, la nouvelle aventure nommée l’âme du Guerrier  était placée sous le signe de la noirceur et de la violence, mettant en scène un Prince ayant complètement perdu de son innocence et combattant sauvagement ses adversaires en les décapitant ou en les tranchant en deux au sein d’un univers glauque et mystérieux. Bref, il ne pouvait pas y avoir de changement plus radical que celui là. Seulement, Ubisoft oublia que la principale qualité des  sables du temps était justement son ambiance enchanteresse de conte. Aussi, en montrant un univers quasiment opposé à celui d’une fable merveilleuse au sein duquel évolue un Prince qui ressemble plus à un barbare qu’à un héros de conte de fées, l’âme du Guerrier perd forcément beaucoup de la force des sables du temps . La suite montre pourtant des qualités techniques bien supérieures à son prédécesseur : graphismes beaucoup plus évolués, scénario davantage étoffé, système de combat bien plus efficace, etc etc L’âme du guerrier permet des phases de jeu beaucoup plus intenses que celle des sables du temps  à l’image de courses poursuites face à une créature invincible particulièrement stressante, mais on ne le dira jamais assez, l’important dans une œuvre  réside dans le fond et non dans la forme, et Prince Of Persia étant une saga dont la plus grande qualité était justement son ambiance, l’âme du guerrier est une suite qui procure un plaisir moins mémorable que celui des sables du temps , ce qui explique l’accueil plutôt mitigé des critiques vis à vis du second volet de Prince Of Persia, une saga qui allait toutefois parvenir à se terminer en beauté avec un ultime volet, dépassant de loin les deux autres.

 

Et maintenant, le Prince livre sa dernière bataille.

 

Voici donc le dernier chapitre de la trilogie Prince Of Persia intitulée les deux royaumes, et dés les premières minutes du jeu, ce qui frappe le joueur est bien sûr le retour quasi immédiat qu’a opéré Ubisoft à l’ambiance originelle de la saga, abandonnant très vite la violence extrême de l’âme du guerrier, le studio ayant visiblement compris que ce changement d’atmosphère n’avait pas été fructueux. On retrouve donc avec le plus grand plaisir une aventure qui rejoint beaucoup celle des sables du temps avec sa magie étrange et séduisante, sa poésie mélancolique et ses séquences épiques mémorables. Toutefois, l’ambiance des deux royaumes se révèle être encore plus forte que celle de son aîné, grâce à une réalisation encore plus efficace, qui a beaucoup gagnée en virtuosité avec l’âme du guerrier, les qualités techniques du second volet étant reprises à merveille dans ce troisième chapitre. Dés les premières minutes de jeu, il apparaît donc que ce nouveau volet de Prince Of Persia a intelligemment repris les qualités de ses deux précédents volets, l’ambiance formidable des sables du temps , les améliorations techniques efficaces de l’âme du guerrier, mais très vite ces qualités semblent avoir été décuplées grâce aux nouveautés formidables proposés par les deux royaumes. 

 

Le thème central de cet ultime volet de Prince Of Persia est le conflit intérieur vécu constamment par le Prince face à son double maléfique apparu à la suite d’un contact direct avec les sables du temps et qui pousse sans cesse le héros à agir selon ses plus noirs instincts. Cette dualité morale endurée par le Prince renforce encore davantage l’atmosphère du jeu, en conférant plus de profondeur au personnage principal qui apparaît ainsi aussi charismatique que dans les sables du temps . Cette constante tentation à passer du côté des forces du mal instaure également davantage de tension et de suspense dans l’intrigue, et ainsi si l’ambiance enchanteresse du premier volume est conservée, l’histoire a gagnée en maturité et en densité sans verser dans la violence extrême de l’âme du guerrier, offrant ainsi la merveille aventure de Prince Of Persia.

 

L’autre avantage plus évident de cette dualité repose dans le gameplay du jeu. En effet, à de nombreuses reprises, les sables du temps prennent l’avantage sur le Prince qui se retrouve alors transformé en une créature étrange et diabolique, armée d’une longue chaîne redoutable. Lors de ses séquences de jeu, la vie du Prince baisse constamment et il faut au plus vite trouver des sables du temps  afin de recharger son énergie, ce qui conduit à une grande tension au sein des parties, le joueur étant amené à prendre des risques inconsidérés pour garder le Prince en vie, sans pouvoir prendre le temps de regarder tranquillement les décors. Fort heureusement, la transformation du Prince accroît ses capacités acrobatiques et ses techniques de combat deviennent bien plus redoutables, permettant une progression plus rapide pour le joueur, bien que toujours très tendue. Il s’agit donc là d’une formidable  nouveauté au sein de la saga, apportant autant sur l’ambiance du jeu que sur le plan du plaisir ludique. Tout comme les autres nouveaux éléments du jeu d’ailleurs.

 

 

 Les deux royaumes se rapproche incontestablement de la véritable ambiance des Prince Of Persia et celle ci devient plus flamboyante que jamais.

 

La dualité avec les sombres instincts du Prince renforce considérablement l'ambiance du jeu.

Tout comme le gameplay.

Lorsque le Prince n’est pas transformé en créature maléfique, il dispose néanmoins d’un nouvel atout majeur pour se défaire de ses nombreux ennemis, la technique dite de l’élimination rapide. Elle consiste à s’approcher furtivement d’un adversaire, et une fois arrivé dans son dos, d’actionner un bouton ( le bouton Y pour la manette Gamecube) lorsque l’écran devient flou. Une cinématique s’enclenche alors, le Prince effectue quelques acrobaties et lorsqu’il s’apprête à porter un coup à l’adversaire, la lame du héros devient bleue et le joueur doit alors appuyer sur le bouton d’attaque pour que le Prince frappe son adversaire. Si le joueur appuie trop tôt ou trop tard sur le bouton, l’attaque est contrée et le combat s’engage alors et vous aurez alors à votre disposition le système de combat très efficace repris de  l’âme du guerrier, les gerbes de sang lors de la mort des adversaires en moins. Très loin de dénaturer l’esprit du jeu, cette nouvelle technique accroît au contraire considérablement l’intérêt des parties, en incluant pour la première fois dans Prince Of Persia des séquences d’infiltration, tellement efficaces compte tenu des aptitudes acrobaties du héros qu’on se demande comment elles n’avaient pas pu être présentes auparavant. De plus, le timing requis par les éliminations rapides (plusieurs coups étant nécessaires pour tuer un ennemi) implique une participation active de la part du joueur, renforçant encore davantage son immersion dans le jeu et son rapprochement avec le Prince.

 

Enfin, cette technique est également utilisée dans les adversaires contre les Boss, souvent assez rébarbatifs dans les Prince Of Persia, mais qui deviennent ici captivants, grâce à l’ajout des éliminations rapides, par leur aspect très épique et ultra spectaculaire. C’est donc un ajout considérable dans le gameplay du jeu, efficace sur tous les niveaux, autant immersif que ludique, au point qu’on en vient parfois à éliminer les ennemis de cette façon alors qu’on pourrait les abattre bien plus facilement. L’aspect épique du jeu est ainsi beaucoup plus accentué que dans les autres Prince Of Persia. Autre nouveauté, plus secondaire elle : des courses de char. Largement inspirées de Ben Hur, ces séquences permettront au Prince de chevaucher dans les jeux de Babylone à travers des obstacles qui lui exigeront une attention et un timing impeccable. Si ces séquences sont assez agréables et représentent un bonus appréciable dans le jeu, elles ne sont guère vraiment le point central du titre, en raison de leur faible nombre et du manque de liberté qu’elles proposent à l’inverse des séquences à cheval de Zelda : Twilight Princess, beaucoup plus immersives.

 

 

Les éliminations rapides sont une invention remarquable. L'immersion du joueur et son plaisir à vivre l'aventure en sont considérablement renforcés.

Les courses de char sont agréables mais ne constituent qu'un intérêt mineur dans le jeu.

Sur le point des graphismes, il est un peu étonnant que le jeu soit sur le simple plan visuel moins impressionnant que l’âme du guerrier, le second volet de la saga. Les jeux de lumière sont en effet moins stupéfiants et les détails des personnages un peu moins aboutis. Toutefois, les décors et les séquences illustrées dépassent de loin en terme de créativité toutes les prouesses techniques de l’âme du guerrier. Sur le plan de la bande son, on est loin des thèmes barbares de rock du second volet de la saga, et on retrouve avec la plus grande joie des thèmes à résonance très orientale à travers des partitions superbes qui composent l’ambiance sonore la plus réussie de la saga. Sur le plan des défauts, cet opus étant le dernier de la trilogie, on regrettera que les deux royaumes n’ait ainsi pas tenter d’aller davantage vers la perfection, et de proposer encore plus de possibilités au joueur, dont la plus manquante est sans doute l’absence totale de communication avec le peuple de Babylone, les Prince Of Persia ayant toujours fait évoluer le Prince en solitaire dans de vastes milieux. Il est quand même dommage que le décor principal visité étant une immense ville, le Prince ne puisse jamais interagir au cours des parties avec la population de la cité, le jeu perdant ainsi un peu en immersion. Par contre, les sensations éprouvées lors des phases acrobatiques, elles, sont plus intenses que jamais, les nouvelles possibillités dont dispose le Prince et son double maléfique lui permettent de réaliser des cascades dignes de Spiderman. Pour finir, il est aussi regrettable que  les deux royaumes ne reprennent pas la possibilité de jouer accompagné d’un second personnage comme dans les sables du temps, l’intrigue s’y prêtant pourtant largement.

 

Mais s’il n’est pas parfait, Prince Of Persia : les deux royaumes représente tout de même l’apogée d’une grande saga. Fusionnant les meilleures qualités respectives de ses deux prédecesseurs, ce dernier volet de la saga les accroît considérablement grâce à de nouveaux éléments, qui renforcent incroyablement autant l’ambiance que le plaisir ludique du jeu. Il s’agit donc d’un immense titre du jeu vidéo, ultime étape d’une longue aventure, et dernière page d’une histoire extraordinaire à découvrir absolument pour tous ceux qui espèrent retrouver la joie d’être un héros au sein d’un univers digne des contes des milles et une nuits.

PRINCE OF PERSIA: LES DEUX ROYAUMES

NOTE: 18/20.



Publié dans Jeux vidéos

Commenter cet article

othmane 25/03/2007 00:00

sltce ke je px te dire mon frere c ke pop est une epopé du jx video mais venant ons au fait tt le monde a acceuilli pop ww avec un esprit de mépris a cause de son ambiance mé je croi que les concepteurs de pop ww voulé faire autre chose différente pour changer le rythme du jx et il ont exélé.music. superb si ta le temps de les ecouté ecoute lé et savoure les .pop 2 au niveau de l'histoire et plus complexe et plus fabuleux ke le premier volet et le troisieme et tt sa pour te dire seulement que pop 2 est vraiment une réussite en tt point et @+ et j"spere ke le film va faire parler de lui