Quelques critiques de livres lus récemment.

Publié le par Leon9000

Voici quelques critiques brèves des derniers livres lus récemment:

Les Exclus de Elfriede Jelinek: fait divers qui épouvanta l'Autriche dans les années 60, le meurtre de toute une famille par le fils aîné sert ici de point de départ à une peinture sombre, violente et provocatrice de la jeunesse de l'Autriche d'aprés guerre dans une société corrompue et en reconstruction. Si le style provocant de l'auteur, par ailleurs prix nobel de littérature en 2004, permet une critique sévère et approfondie des moeurs et vices dépeints par l'écrivain, son trop grand attachement à un pessimisme trés prononcé ammène le livre à devenir d'un macabre et d'un macabre tellement exacerbés qu'ils en deviennent insupportables et nuisent beaucoup à la lecture du bouquin qui dégoûte et déprime vite.

Zazie dans le métro de Raymond Queneau: une sympathique comédie littéraire aux jeux de mots souvent trés drôles et montrant une galerie de personnages excentriques à souhait. Le livre part un peu trop dans le délire vers le dénouement de l'histoire mais l'ensemble reste un agréable moment de rigolade.

Orange Mécanique d'Anthony Burgess: avant le film culte de Stanley Kubrick, il y a un livre qui dépeint un monde si corrompu que la jeunesse a recours à l'ultra violence pour s'exprimer. Extrêmement violent, autant par la brutalité des actes criminels des jeunes personnages que dans la tension psychologique à laquelle le pprotagoniste principal est soumis, Orange Mécanique fait froid dans le dos car il dépeint d'une manière fortement crédible une ville new yorkaise ravagée par le vice et ce de façon d'autant plus intéressante que tout est vu à travers la principale victime de la société et également le principal auteur des crimes qui terrorisent la population. Le héros dispose d'un langage trés particulier marquant par la parole son décalage avec la société, son état d'esprit quant à lui est toujours choquant et perturbant et la plongée dans son univers n'en est que plus passionnante. Un livre à ne manquer absolument à condition de ne pas avoir le coeur fragile.

L'attrape coeurs de J.D. Salinger: ce chef d'oeuvre de la littérature d'adolescence ne pourra guère être décrit en une critique rapide, il est plus que probable qu'il aura droit à une grande analyse à l'avenir mais pour l'heure présentons cette merveille de portrait d'un adolescent qui au cours de trois jours de fugue vivra les expériences les plus diverses dans un monde où il sent totalement paumé comme tant d'autres. Original, touchant, drôle, parfois amer et surtout extrêmement crédible le héros attire la sympathie immédiate et la compassion pour de nombreux lecteurs qui reconnaitront sans doute dans les sentiments éprouvés par le héros les propres peurs et doutes véçus lors de leur propre adolescence ou bien véçus actuellement. Que tous ceux qui conservent encore un peu de jeunesse en eux se procurent immédiattement ce monument de la littérature, et que ceux qui ne comprennent rien à la jeunesse le fassent également.



Publié dans Romans

Commenter cet article