La Route: la vie est belle (si, si je vous jure)

Publié le par Leon9000

Viggo Mortensen. Metropolitan FilmExport

Même le Roi du Gondor est touché par la crise.

 

Ami cinéphile, si tu es déprimé, que le temps te semble morose ou que tu es tourmenté par des pulsions suicidaires, la Route n'est pas un film fait pour toi. Le récit présente en effet la vision la plus apocalyptique de l'humanité où un père et son fils tentent désespérément de survivre dans un monde qui n'en finit plus de mourir. Si les œuvres mettant en scène la fin du monde sont devenues monnaie courante et sont presque banalisées depuis plusieurs années, le plus grand mérite de ce film est de présenter une vision sans concession de la fin de l'humanité où l'homme est véritablement revenu à un état proche de la bête.

Loin de la dimension spectaculaire et ridicule d'un certain 2012, ce récit extrêmement sombre offre néanmoins un contraste touchant entre l'amour d'un père pour son fils et la folie du monde qui les entoure. Si la réalisation n'arrive parfois pas à insuffler l'intensité espérée au film, l'impact visuel de l'oeuvre est réussi et évite de tomber dans les clichés popularisés par Mad Max. L'émotion est incontestablement au rendez vous grâce au talent exceptionnel des deux acteurs principaux et le récit pourra même vous faire monter les larmes aux yeux à des moments inattendus. Malheureusement si le réalisme désespéré du récit peut être salué, la conclusion de l'histoire est presque inévitablement décevante, de surcroit déservie par une narration maladroite.

S'il n'est donc pas le chef d'œuvre dont il avait le potentiel de devenir, la Route reste néanmoins un film parfaitement honorable dans son ambition de mettre en scène une fin du monde dénuée d'artifice et qui trouve une résonance si effroyablement juste. Mais son réalisme extrêmement accentué et la noirceur de son récit tranchant avec le divertissement offert par 2012 ou Je suis une légende risquent malheureusement de l'éloigner du grand public.



Publié dans Films vus en salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article