Saint Seiya Episode G: découvrez la genèse des chevaliers d'or...enfin presque.

Publié le par Leon9000

Depuis peu de temps , un nouveau manga sur les chevaliers du Zodiaque a fait son apparition, il fait partie de la nouvelle vague Saint Seiya lancée pour créer des nouveaux fans de la saga et sa sortie coïncida donc celle des OAV Hades. Toutefois, ce manga n’est pas une suite des aventures de Seiya et ses compagnons comme on pouvait l’espérer ( la partie Zeus n’a après tout jamais été traitée) mais une préquelle racontant non pas les débuts des chevaliers de bronze dont on apprend déjà tout dans le chapitre du sanctuaire, mais la genèse des chevaliers d’or, les terribles guerriers représentant les douze signes du zodiaque, et qui avaient émerveillé les fans lors de la bataille des douze maisons du sanctuaire. Bref, le principe n’a en soit rien de très étonnant, vu que depuis que Lucas s’est amusé à conter les débuts de Dark Vador, raconter les évènements antérieurs aux mythes que l’on connaît déjà semble être très à la mode, et ce quelque soit le média concerné. Mais une nouvelle plongée dans l’univers de Saint Seiya ne se refuse pas alors endossez votre armure (d’or cette fois) et rejoignez le sanctuaire dans cette nouvelle baptisée « Saint Seiya Episode G »

 

                                                                                                                                                                                                             

 

Si vous êtes un habitué de l’univers des chevaliers du zodiaque, quelque chose a du immédiatement vous sauter aux yeux à la vue de l’image ci dessus. Il s’agit bien sûr du nouveau style graphique adopté pour la série, Masami Kurumada, le génial créateur de Saint Seiya, n’est en effet plus le dessinateur de sa série fétiche et c’est Megumu Okada, connu pour son style particulièrement moderne, qui est choisi pour illustrer les aventures des chevaliers d’or. Ce changement de style graphique a avant tout pour but d’attirer une nouvelle communauté de fans autour de Saint Seiya mais les fans de la première heure qui se souviennent des diffusions des chevaliers du zodiaque il y a cela plusieurs années maintenant, ont de forte chance d’être assez gênés par ce style très différent de l’original. Le dessin de Okada est extrêmement plus détaillé que dans celui de Saint Seiya, les décors, effets spéciaux, et personnages bénéficient de nombreux détails, souvent absents de l’œuvre de Kurumada. Toutefois, on aurait presque tendance à dire que les dessins sont trop réalistes, trop détaillés du moins, et nuisent à l’esprit d’aventure du mythe. En effet, on pouvait reprocher à Masami Kurumada une trop grande simplicité dans ses dessins, il n’en restait pas moins qu’ils permettaient une lecture très aisée et dynamique de l’histoire, c’est un peu moins le cas dans Saint Seiya Episode G, mais il faut toutefois admettre que certaines images sont magnifiques, que le découpage des cases est parfois très efficace, et que la touche de modernisme de Okada n’est pas désagréable, avec par exemple ses premières pages entièrement en couleurs ( chez certains mangas, le noir et blanc est un style tellement bien maîtrisé que la couleur est inutile, mais pour le cas de Saint Seiya, le dessin animé a montré que l’univers de Kurumada gagnait énormément en puissance par le simple ajout des couleurs) . Ainsi si le nouveau style graphique demande presque obligatoirement un temps d’adaptation pour les fans de la première heure, on finit par être conquis par la beauté du style de Okada, qui donne une toute autre ampleur à l’univers des chevaliers du zodiaque.

 

Toutefois, l’élément très gênant du style visuel et là l’excuse n’est pas vraiment permise, c’est que nombre de chevaliers d’or sont tout bonnement impossible à reconnaître, le nouveau dessinateur allant jusqu’à même changer les traits de certains chevaliers pour les adapter à son style, ce qui est un peu regrettable. Se retrouver avec un personnage dont on ignore totalement l’identité et comprendre trente pages plus loin qu’il s’agit du chevalier d’or du lion, est assez contrariant, Okada aurait pu faire un effort pour tous les personnages soient reconnaissables, mais il a préférer pousser son style jusqu’au bout, et l’exemple le plus parlant est sans doute les rares illustrations des chevaliers de bronze, eux aussi peu reconnaissables au premier coup d’œil. Mais ce nouveau design pourra également plaire à certains, ce qui est sûr c’est que le changement apporté par le style de Okada est à la hauteur du mythe Saint Seiya et lui donne une toute nouvelle envergure pleine de gloire et de puissance.

 

 

 Si le fait que les personnages ne sont pas vraiment identiques à ceux de nos souvenirs, le nouveau style graphique apporte énormément à la saga et lui confère une dimension toute nouvelle.

 

Le style visuel est tellement étonnant au départ, qu’on finit par en oublier le principal : le scénario. Toutefois, celui ci, la pensée de celui ci revient rapidement en tête et ce hélas plutôt en raison de sa faiblesse. En effet, l’intrigue de Saint Seiya Episode G n’est guère brillante et montre des lacunes en bien des points et surtout en un élément en particulier : le manque d’informations nouvelles sur les chevaliers d’or et plus généralement sur la saga Saint Seiya. Puisque le manga se présente comme la genèse des chevaliers d’or, il est du droit du lecteur de s’attendre à apprendre le parcours des chevaliers d’or jusqu’à leur ascension au plus haut titre de la chevalerie. Et bien, point de tout cela, aucune nouvelle information n’est donnée puisque dés le premier tome du manga, on retrouve l’ensemble des chevaliers d’or qui… sont déjà des chevaliers d’or. De ce fait, aucun élément n’est donné sur le parcours des chevaliers d’or et leurs différentes histoires, les flash back sur leur passé sont quasiment inexistants, et au cours du manga, très peu d’éléments sont donnés sur l’histoire des guerriers d’Athéna. Il s’agit donc d’une grande déception puisque le manga se contente juste de montrer l’ensemble des chevaliers d’or à nouveau en action, sans aucune nouvelle information sur les guerriers d’Athéna, ce qui pouvait tout de même sembler être le but principal d’une préquelle, d’autant que les zones d’ombre sur le passé des chevaliers d’or ne manquaient pas. Par exemple, comment un homme aussi malfaisant que Masque de Mort a t-il pu être élu chevalier d’or du Cancer, et quel a été le parcours de Shaka pour que celui ci atteigne la puissance d’un demi dieu, et bien d’autres questions que ne trouveront aucune réponse dans ce manga.

 

Mais la liste des défauts du scénario ne s’arrête hélas pas là, l’autre élément gênant de l’intrigue est de mettre en avant le chevalier d’or du lion, personnage charismatique dans les chevaliers du zodiaque certes mais qui n’a pas du tout un rôle majeur parmi les chevaliers d’or dans Saint Seiya, ceux étant mis en avant étant plutôt Shaka, Mû et Saga. Cette mise en avant peut s’expliquer par le fait que l’histoire se passe tout juste après la soit disant trahison du chevalier d’or de sagittaire, le frère d’Aolia, le chevalier du lion, ce qui permet ainsi de montrer la difficulté pour Aolia de rester chevalier d’or après la disgrâce vécue par son frère aîné. Toutefois, il est un peu difficile de ressentir beaucoup de compassion envers Aolia puisque le traitement du personnage est des plus étranges, il est présenté comme un garçon arrogant, rebelle, presque stupide, au point qu’on en vient vraiment à se demander comment se fait t-il qu’il soit chevalier d’or alors qu’il a à peine l’âge de Seiya et ses compagnons, et visiblement cinq ans d’âge mental. Ainsi mettre en avant ce chevalier au point de mettre dans l’ombre le reste des chevaliers d’or n’est pas vraiment une bonne idée, compte tenu du faible intérêt du personnage. Les autres chevaliers n’ont plus qu’à apparaître à intervalles réguliers dans le manga dans des combats qui ne sont souvent que l’occasion de redécouvrir les attaques qu’ils avaient lancé contre les chevaliers de bronze dans le mythe Saint Seiya.

 

Ce qui nous amène au dernier point négatif de l’intrigue : la surenchère d’affrontements inutiles et sans émotion. Les combats dans Saint Seiya étaient nombreux, mais leur grande qualité n’entraînait pas de lassitude car il y avait un véritable effort de la part de Kurumada afin que les affrontements aient une intensité émotionnelle et dramatique. Ce n’est plus le cas dans Saint Seiya Episode G où les combats se succèdent, sans véritable enjeu dans l’intrigue et sans émotion particulière, ce qui entraîne une implication moindre du lecteur dans le manga. De plus, les combats ne changent pas vraiment depuis les chevaliers du zodiaque, tout comme Seiya et ses compagnons, Aolia et les autres chevaliers d’or doivent affronter des adversaires mille fois plus puissants qu’eux, et étant des chevaliers d’or, ils doivent carrément se battre contre des dieux, ce qui entraîne de surcroît, une surenchère dans l’ampleur des combats, on n’atteint pas le ridicule de Dragon Ball Z mais on est très loin de l’intensité dramatique éprouvée dans les grands combats de Saint Seiya. Au final, le manga se révèle vraiment très décevant du point de vue narratif, et n’apporte quasiment rien au mythe original des chevaliers du zodiaque, alors qu’il y avait pourtant beaucoup de matière à exploiter, mais après neuf mangas sortis en France, très peu d’informations sur les chevaliers d’or ont été données au profit de dizaines de combats sans intensité, souvent gratuits, et qui bien sûr ne font qu’ajouter à la faiblesse du scénario, bien loin des intrigues complexes qu’avait autrefois établi Kurumada dans son œuvre où les personnages avaient véritablement une psychologie travaillée et des rapports complexes.

Vous ne le reconnaissez pas? Pourtant, il s'agit d'Aolia le chevalier d'or du lion, personnage central de cette nouvelle saga, mais plutôt faible d'esprit, tout comme l'est le scénario de ce manga.

 

 

 

 

Au final, c’est surtout pour la simple joie de retrouver l’univers de Saint Seiya et pour le nouveau style graphique, merveilleux si on s’y habitue qu’on peut ouvrir Saint Seiya Episode G, une œuvre qui se révèle très vite inférieure au Saint Seiya original, par son scénario extrêmement pauvre, et très décevant alors qu’il aurait pu être incroyable de révélations sur les chevaliers d’or. Il ne reste que l’excellente utilisation de la mythologie, coutumière à Saint Seiya, mais que ceux qui n’ont jamais découvert l’univers des chevaliers du zodiaque lisent plutôt l’œuvre originale de Masami Kurumada, le seul vrai manga qui a rendu Saint Seiya par sa beauté et ses sentiments, trop absents de Saint Seiya Episode G. Toutefois, le style visuel est si efficace qu’il faut avouer qu’une adaptation en dessin animé fait envie, bien qu’elle n’apportera sans doute elle aussi, quasiment rien de fondamental au mythe des chevaliers du zodiaque, au delà du style visuel.

Arrivez vous à reconnaitre ses personnages?



Publié dans Mangas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article