Samourai Champloo: Qui a dit que les samourais n'étaient pas cools?

Publié le par Leon9000

 

Quand le créateur de Cowboy Becop décide de s'attaquer aux Samouraïs, on est loin des habituelles fresques médiévales japonaises souvent dépeintes par les mangas. Ici, il s'agit plutôt d'un festival de variété où les katanas croisent les figures de hip hop et les guerres anciennes côtoient les phénomènes de mode. Samourai Champloo n'est toutefois pas qu'un délire narratif à la Quentin Tarantino et s'impose comme l'une des séries animées les mieux réalisées de l'univers des mangas.

Harry, Ron et Hermione version manga.


Afin de retrouver "le samouraï qui sent le tournesol", Fuu, une jeune servante, parcourt le Japon de l'ère Edo accompagnée de deux génies du sabre : l'extravagant Mugen et l'impassible Jin, suite à un pari gagné contre ces deux derniers qui allaient s'entre-tuer. Tel sera le prétexte pour faire voyager le trio à travers tout le Japon dans des aventures aussi périlleuses que variées. Le principe de Samourai Champloo est en effet de construire une série où les épisodes n'ont pas de réel lien entre eux, tant dans l'intrigue que dans l'ambiance, et où chaque nouvel épisode constitue une nouvelle orientation du dessin animé. Guerre, délire humoristique, romance, hommage à la mode ou au sport, clin d'oeil aux films d'horreur des séries B: Samourai Champloo accumule les différents thèmes, graves ou déjantés, et fait de sa variété son principal atout et son défaut majeur.


En effet, ce choix narratif a évidemment pour conséquence qu'on ne sait jamais vraiment à quoi s'attendre dans Samouraï Champloo et les orientations de la série ne seront pas toujours au goût de tout le monde. Néanmoins, cela permet également à la série de regrouper un large public qui pourra trouver sa préférence dans tel ou tel épisode. Au delà, de l'intrigue excentrique de l'animé, Samourai Champloo impressionne sur le plan visuel. Mise en scène grandiose, animation excellente, chorégraphie surprenante des combats, justesse des plans: Samourai Champloo assure toujours un travail exceptionnel sur le plan technique, quelque soit la toile de fond, atteignant à de nombreuses reprises le niveau des films d'animation. Et c'est justement cette performance visuelle qui parviendra à faire de la série une réussite.


Samourai Champloo alterne rapidement le rire et l'émotion, le tout sur une mise en scène de grande qualité.


Si au départ, on éprouve une nette préférence pour les épisodes ne se prenant pas au sérieux, les intrigues les plus graves n'étant pas toujours aussi intéressantes, la réalisation de la série parvient à faire emporter l'adhésion par la suite, quelque soit son orientation. Passé le cap des huit premiers épisodes, Samourai Champloo assure un gage constant de qualité, la mise en scène parvenant à s'adapter à chaque mouvement narratif de la série. Et si les délires extravagants seront toujours de mise, c'est bien dans ces moments les plus dramatiques que l'impact de Samouraï Champloo sera le plus fort. La bande son sait également se varier et enchaîne des thèmes mélancoliques de qualité à des airs de hip hop et de rap, parfois assez rébarbatifs. Le doublage japonais est excellent (comme d'habitude) et joue beaucoup dans le charisme des personnages. La version française a été assez occidentalisée, avec quelques références modernes pour renforcer le côté décalé du Manga, mais le doublage français, sans être catastrophique, nuit un peu au charme du manga.

La réalisation parvient à maintenir un niveau de qualité permanent, ce qui est remarquable, compte tenu du mélange des genres extrême opéré par la série.


Voilà une série animée qui n'est visiblement pas née des mains d'un amateur. Le soin exceptionnel apporté à la réalisation, la variété des intrigues et l'ambiance originale et décalée de Samouraï Champloo font de cette série un moment à ne pas manquer pour tout amateur de manga. Les autres pourront également tenté leur chance et être conquis par l'excentricité de la série menée par l'un des trio les plus charismatiques de l'animation japonaise.



Publié dans Mangas

Commenter cet article