Shakugan No Shana (saison 1): "Hurusai, hurusai, hurusai!"

Publié le par Leon9000

 

Après avoir dit au revoir à une camarade de classe, Yuji se retrouve dans un "kekkai". Là où les autres sont figés, lui peut bouger et voir que des monstres dévorent les humains qui l'entourent. Ces monstres finissent par s'attarder sur Yuji, l'appelant ainsi un "Mistes". Mais une jeune fille à la chevelure enflamée et aux yeux rouges, plus tard prénommée Shana, lui vient en aide et détruit les monstres avant de guérir Yuji et les hommes dévorés.


Tremblant et stupéfait, il lui demande des explications. Les âmes dévorées gardent leur forme humaine une fois qu'elle est intervenue, afin de préserver la balance de la vie. Mais la petite flamme que Yuji voit dans chacun de ces êtres n'est autre que leur forme originale. Cependant, ce n'est que temporaire. Shana lui annonce alors que lui aussi n'est plus humain et il finit par voir la petite flamme qui l'accompagne. Anéanti, il aimerait connaître les circonstances de sa mort...

Où est mon pain melon?!

 

Le concept de départ de Shakugan No Shana peut sembler assez farfelu et étrange. En y regardant de plus prés, on peut s'apercevoir qu'il est une sorte de mélange inattendu entre Sixième Sens, Bleach ou encore X de Clamp auquel on aurait ajouter des noms étranges pour qualifier les morts ou autres créatures spectrales. Le manga y ajoute sa propre part d'originalité avec l'introduction des Torches, sorte d'âmes de remplacement chargées de préserver l'équilibre du monde mais vouées à disparaître. Une idée originale dont le héros est victime et qui ajoute une note dramatique à l'ensemble. Avec cette intrigue audacieuse et une animation magnifique livrant des images superbes, le premier épisode intrigue et donne envie d'explorer davantage cet univers. Malheureusement, la suite de l'histoire est moins glorieuse et le dessin animé vacille sans cesse entre le chaud et le froid, fascine et ennuie tour à tour.

En premier lieu, comme le design Shojo le laissait présager (les yeux grands comme des assiettes) , le scénario va rapidement quitter son caractère original pour dévier vers une romance adolescente classique et assez niaise. Un énième triangle amoureux fait donc son apparition et la pauvre Shana s'efforce de comprendre ses sentiments face à un héros de plus en plus passif au point qu'on se demande ce qu'elle peut lui trouver ( le genre de situation très crédible qu'on ne trouve que dans les Mangas). Inutile d'en rajouter pour comprendre que cette facette de la série animée n'est guère passionnante d'autant qu'elle empiète sur une bonne partie de l'aventure. A cela, viendra s'ajouter régulièrement des séquences dans le monde des esprits, où l'intrigue avance réellement, et qui impressionnent par leur animation d'une qualité stupéfiante au point d'égaler celle d'un film d'animation. C'est là tout le contraste de Shakugan No Shana qui bascule d'un épisode à l'autre entre des intrigues de lycéens inintéressantes et des scènes visuellement magnifiques dans un univers original et d'une grande beauté.

Une animation magnifique et un univers original d'une part, une énième romance lycéenne de l'autre...


Cet aspect paradoxal de l'oeuvre ne disparaîtra jamais au cours de la série et en l'espace d'un épisode, le spectateur passe de la fascination à l'ennui et inversement. Si la tentation de décrocher est parfois bien présente, la série parvient à renouveler l'intérêt principalement grâce à des rebondissements nombreux et inattendus qui font progresser l'intrigue à une grande vitesse, la série étant au bout du compte assez rapide malgré ses répétitions. Néanmoins, d'autres défauts viennent parsemer le récit. A l'exception d'un premier ennemi charismatique et des deux héros, les personnages manquent cruellement d'intérêt et leur rôle tient parfois davantage du remplissage qu'autre chose. Malgré ses bases ingénieuses, l'histoire exploitera finalement très peu son potentiel dramatique et se tournera vers une orientation davantage complaisante et commerciale.

On regrettera également un aspect pervers particulièrement déplacé (c'est le lot de bien des Mangas mais y a quand même des limites) , et une musique tout juste acceptable, la série animée ne bénéficiant malheureusement pas d'une somptueuse bande son. Néanmoins, la série continue à se laisser suivre en grande partie grâce à son aspect visuel décidément incroyable et la sympathie dégagée par les deux héros. La conclusion de la série est spectaculaire et mignonne à souhait mais, comme bien des Mangas, laisse une large ouverture pour la suite au lieu de livrer un véritable dénouement.

Un univers fort mal exploité mais qui ne manque pas de charme


Le succès de la série a été foudroyant au Japon mais il n'est pas forcément dit qu'il trouvera un accueil si chaleureux dans toutes les contrées. Son potentiel est bel et bien présent comme en témoignent les nombreux moments d'anthologie de la série mais à cela vient s'ajouter une intrigue tendant immuablement vers la niaiserie ainsi que bien d'autres défauts regrettables. Un film et une deuxième saison, actuellement en cours, ont été crées suite au succès de cette première série. Si l'on est plutôt tolérant, on se laissera tenter par une nouvelle virée dans ce monde sympathique, les autres auront depuis longtemps quitter le navire.

Si vous ne connaissez pas vraiment les Mangas, c'est loin d'être une série à conseiller pour découvrir ce média riche et passionnant. Ceux qui sont en manque d'animés à regarder pourront y jeter un coup d'oeil et se laisser convaincre par la beauté des images et la romance mignonne, voir suivre la deuxième saison pour connaître le fin mot de l'intrigue. C'est en tout cas l'option que choisira ce Blog, parce qu'après tout Shana et sa chevelure de feu et son collier qui parle, on l'aime bien.



Publié dans Mangas

Commenter cet article