The Social Network: la voie de l'argent.

Publié le par Leon9000

 

David Fincher consacrant un film entier à Facebook: pour certains c'était du gâchis. Si Facebook demeure un site inutile (donc indispensable?) The Social Network est en tout cas un film à côté duquel il serait dommage de passer et qui en révèle beaucoup plus sur notre société actuelle que son sujet pourrait le laisser croire. Bien des années après son chef d'oeuvre Fight Club, David Fincher insère à nouveau la société au coeur de son projet et dépeint une société focalisée sur les apparences vouant un culte à l'exhibition de la réussite personnelle. Dans cet univers, l'individualisme et la concurrence exacerbée sont des valeurs sûres pour les moins scrupuleux qui n'hésitent pas à mettre toutes les chances de leur côté tandis que les plus loyaux se font dépasser.

 

Ironiquement, c'est Mark Zuckerberg , un nerd assez antipathique qui semblait être destiné à subir la comparaison avec les gentleman de Harvard, qui retournera ce système à son avantage en devenant un « connard » milliardaire dépassant largement la réussite des clubs chics qui le faisaient rêver. Le jeune homme aura parfaitement compris l'attrait du voyeurisme dans le vaste monde d'Internet mais désormais l'ironie se retourne contre lui et c'est sa propre vie qui est exhibée aux yeux des spectateurs dans ce film. Là où beaucoup de réalisateurs se seraient attarder à dépeindre les différentes polémiques suscitées par Facebook, le coeur de The Social Network réside dans son exploration lucide et crédible du mythe de la gloire individuelle dans un monde qui pousse l'individu à privilégier le matériel à l'affectif. The Social Network porte la marque d'un grand réalisateur, il ne fera pas mauvaise figure dans la filmographie de David Fincher et de la même manière que le site qui l'a inspiré, il s'agit bel et bien d'un film de notre génération.



Publié dans Films vus en salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Darkskywalker 08/12/2010 12:42

Merci à toi, cher Meijun ou M4ijun, ça fait plaisir de voir des commentaires de plus d'une ligne sur ce Blog.

meijun 08/12/2010 01:41

Vous excuserez mes fautes, l'heure étant tardive .. J'aurais néanmoins dû me relire -.- D'ailleurs je me rend compte avoir tenu des propos contradictoires mais bon ^^ Tout ça pour dire que ce film vaut vraiment le coup d'oeil! Hâte de lire le reste de ton blog, skywalker alias gantz & leon, eh eh. Mais j'ai du pain sur la planche :p

meijun 08/12/2010 01:31

Je ne m'attendais à rien avant d'aller voir ce film car je ne m'étais pas renseigné sur celui-ci. Et bordel, quelle claque! Moi qui m'attendais à une narration soporifique qui risquaient de planer tout au long d'un film qui, d'ailleurs, aurait pu faire penser à un long métrage mettant en scène l'attrait de ce que peut apporter un documentaire au cinéma. Chose que je m'étais persuadé de voir avant l'extinction des lumières.. Eh bien je l'ai eu bien profond! Encore une fois, quelle claque! Tu viens de m'apprendre que le réalisateur était le même que pour Fight Club et bizarrement.. Cela ne m'étonne pas plus que ça! Enfin, Jesse Eisenberg est parfait dans le rôle du personnage antipathique mais qu'on arrive aisément à plaindre. Vraiment un film à voir parmi les projections de cette fin d'0nnée!