La tour sombre: l'univers sans limite de Stephen King

Publié le par Leon9000

Aprés des mois de lecture passionnante, j'ai enfin achevé la saga fleuve de Stephen King : la Tour Sombre, et ce qu'on peut dire c'est que son titre de "l'oeuvre de la vie de King" est largement mérité. Je vois mal par où commencer parce que c'est véritablement une saga extrêmement riche, dont l'ampleur ne peut être mesurée dans un dossier, et encore moins sur un blog.

Commencons déjà par ce qui se fait de coutume: présenter le scénario. L'histoire s'articule ainsi sur la quête de Roland de Gilead, dernier Pistolero du monde, qui traverse des contrées sans fin pour trouver la Tour Sombre, dont on sait plus ou moins que c'est en quelque sorte le centre de l'univers. Mais ce n'est que l'idée générale, la plaque tournante de la série. Car ce qui fait que cette saga est véritablement incontournable c'est par l'incroyable étendue de son univers. Les histoires les plus invraisemblables et les plus différentes se mélangent ensemble au fil de la saga. L'ambiance change complètement d'un roman à un autre, et pourtant le pire c'est qu'à chaque instant, on sait que c'est le même univers.

Le plus surprenant, c'est réelement que King a depassé les limites du roman d'aventures habituel, en mélangeant à sa guise toutes ces histoires et ces mondes tellement différents et à réussir à les maintenir en un tout unique. Il en est pareil pour la structure du récit, King ne souffre d'aucun cliché et se fait une joie au contraire d'aller à l'encontre de ce qu'on pourrait attendre d'une telle saga. Le résultat est un univers d'une complexité sans nom, où le lecteur comme les aventuriers qui parcourent ses mondes se sent totalement perdu avec autant d'autour d'étrangeté autour de lui même si il sait qu'un lien unit tous ses évènements qui n'ont à priori aucun rapport entre eux. C'est ce qui fait la force et la faiblesse de la saga, son étrangeté est telle que certains seront fascinés quand d'autres seront dégoutés. Et je fus moi même assez écoeuré par tant de surprises innatendues dans le changement d'ambiance, mais King a réussit cet habile tour de passe temps à rendre son univers fascinant à mes yeux grâce à la perpétuelle inovation dans l'univers et l'atmosphère.

Cette saga est véritablement un chef d'oeuvre, et de la première ligne du Pistolero à la dernière phrase de la Tour Sombre, toutes les surprises les plus innatendues nous sautent aux yeux et on ne peut qu'être émerveillé devant l'incroyable imagination de Stephen King et sa maitrise plus que parfaite de l'écriture.

Je pourrais m'attarder sur quelques autres défauts (en particulier le découpage du récit entre les livres, parfois maladroit à mon gout) mais je crois que l'essentiel est vraiment là dans cet univers infini, sans lois ni controles, sans limites ni frontières. Stephen King est autant libéré des principes de la littérature que Néo de la matrice, aussi si vous en avons marre de revoir toujours ces romans d'aventures si identiques, si vous avez envie de découvrir un univers incroyable, en perpétuel changement, et surprenant du tout début à la toute fin, foncez sur ce livre. Si vous n'aimez pas les univers étranges, passez votre chemin, alors, même si ce serait bien dommage de ne pas tenter le coup, de se lancer dans cette superbe aventure commencant par:

"L'homme en noir fuyait à travers le désert, et le Pistolero le suivait".

Je n'ai volontairement donné aucun spoiler sur l'histoire, ni sur la nature des histoires racontées dans le livre (du moins je l'espère) car toute la particularité du livre et son interet vient des incroyables surprises que nous offre cet univers si vaste, et sans aucune limites.

Sur ce, je vous laisse, si le ka et la force le veulent, je peux peut être encore avoir le temps de rejoindre les manifestations lol.



Publié dans Romans

Commenter cet article

MisterFiction 11/02/2007 21:28

Je suis entièrement d'accord avec toi. Bien que toute l'oeuvre de King soit incroyable, le cycle de la Tour la domine de haut.
Je n'ai pas encore fini (j'en suis à la moitié des Loups de la Calla), mais je suis déjà complètement fasciné.

M'est avis qu'on ne trouvera rien de mieux sur le marché, à moins qu'il en écrive un huitième ^^

Je suis en train de tenter de convertir un ultra sceptique. J'espère que le ka me permettra de réussir :d

Sur ce, bonne soirée,

MisterFiction

kaysha 09/02/2007 18:29

nous sommmes le vendredi 9 fevrier, je viens de terminer les dernieres lignes du vol 7 de la tour sombre,et mon sentiment;je ressens un grand vide ,je n`avai aucune envie de le finir tellement je me sentai envoutee par ce ka-tet fabuleux dont roland tenait la bride, de tout les romans que j ai lu a ce jour la tour sombre reste le meilleur livre et je pense que je n oublierai pas de si tot l emprise myterieuse qu il m a donne a chaque plongeon de lectures durant des heures meme a aller dans les toilette pour finir un chapitre car je suis dans un studio et cetai en plein milieu de la nuit mon ami devenai fou! bref ca y est c fini jai aime la fin tout comme elle ma aussi laisse un gout amer car j attendai un petit peu plus par rapport a tou ce parcours sensationne!! avec la realite dans le monde ou l on vit j ai meme imagine ,que la tour,ces rayons pourrais reelllement existe sur notre terre et qu un jour tot se brise et que le monde parte en live comme celui de roland car vous ne trouve pas que nous aussi etre humains nous sommes aussi des briseurs? CHAQUE JOUR NOTRE PLANETE SE DEGRADE ET QUI EN EST L AUTEUR? L HOMME .......................NOTRE TOUR A NOUS RISUE AUSSI DE NOUS JOUER DE TRE MAUVAIS TOURS BIENTOT (A MEDITER)..

clara 03/02/2007 17:43

c'est genial!!tous les romans de stephen KIng sont plus ou moins cités dans les tomes de cette incroyable saga(shining dans le 4)
vive les pistoleros!!
je n'ai pas encore lus le dernier j'espere que le final sera a la hauteur!!

lyne 10/01/2007 20:41

je finis le tome 4 et je suis envoutée, j'y pense sans arrêt. Cette saga est completement incroyable.

........ 09/08/2006 15:44

C'est vrai que c'est une superbe histoire et je suis contente de pouvoir enfin voir quelqu'un en faire l'éloge !