"Je vois des gens qui sont morts. Ils portent des kimonos et des épées qui changent de forme. En plus, l'un d'eux a des cheveux oranges et un masque bizarre sur la tête. -Tu veux qu'ils partent? -Ah ben non, je veux être pareil!"

Publié le par Leon9000

Kurosaki Ichigo est un banal lycéen de manga aux cheveux oranges et qui peut voir les fantômes. Sa vie bascule le jour où Kuchiki Rukia, une Shinigami, lui confie ses pouvoirs après avoir été blessée. Ichigo va alors découvrir le monde des dieux de la mort dans un voyage qui l'emmènera jusqu'à la Soul Society, repaire des Shinigami et de leurs plus puissants guerriers, tout en combattant les Hollows, âmes maudites qui s'attaquent aux esprits innocents.

Un regard qui ferait même pâlir Clint Eastwood.

Si vous êtes un tant soit peu connaisseur des Mangas, le nom de Bleach vous est certainement familier. L'oeuvre est en effet généralement présentée comme l'un des trois Shonen majeurs de notre époque, avec Naruto et One Piece. Bref, c'est le genre de manga dont on entend tellement parler qu'on finira au moins par y jeter un coup d'oeil un jour. Bleach mérite t-il toutefois autant de considération? La lecture du manga laisse un peu perplexe. Premièrement, l'univers dépeint par le manga est assez inhabituel pour un Shonen, les intrigues sur la mort étant davantage exploitées dans des oeuvres plus sérieuses, tel Death Note. Néanmoins la superstition des Japonais est bien connue, ce qui explique sans doute que ce choix ait trouvé son public au pays du manga, toutefois cet univers a peut être moins de répercussion dans nos contrées que les histoires de ninjas de Naruto qui se prêtent plus à l'aventure et à l'imagination. Passé outre ce premier critère assez subjectif, l'oeuvre est correctement mise en scène (sans impressionner, toutefois) et son univers dispose d'un imaginaire solide, avec des personnages au design original et souvent réussi. Malheureusement, l'intrigue montre très vite ses faiblesses. Dire que l'histoire de Bleach joue sur la facilité semble être un euphémisme et énumérer toutes les maladresses et incohérences de l'intrigue prendrait sûrement plusieurs pages.


Certes, nous sommes dans un Shonen, genre qui ne s'est jamais démarqué par la profondeur de ses intrigues, mais cela veut t-il dire que l'on peut servir sur un plateau une histoire finalement assez bâclée et qui ne sert que de prétexte à de multiples combats? Malgré leurs nombreuses répétitions, des oeuvres comme Saint Seiya ou Naruto faisaient un véritable effort pour approfondir la personnalité de leurs personnages et construire leur intrigue afin de laisser place aux sentiments. Ici, outre la faiblesse de l'intrigue, c'est également la manière de raconter qui est mise en cause. L'histoire ne se prend quasiment jamais au sérieux, l'humour faisant toujours irruption à n'importe quel moment et de manière assez maladroite. De ce fait, il n'y a pratiquement jamais de vrai moment d'émotion ou d'intensité dramatique. De plus, l'oeuvre joue la carte des personnages immortels qui après avoir perdu dix fois la totalité de leur sang échappent de miracle à la mort et retournent combattre gaiement. Autant dire que Bleach n'épargne pas dans de nombreux clichés de manga, d'autant qu'il reprend plusieurs éléments narratifs déjà maints fois exploités ailleurs. Ces clichés concernent également les personnages puisque pendant un bon moment, Bleach livrera des stéréotypes de manga, souvent inutiles et assez pesants.


Par la suite, l'oeuvre gagnera en originalité sur le plan visuel avec l'introduction du Bankai, technique de Shinigami permettant à son épée de changer de forme et qui sera la spécificité de chaque personnage. Néanmoins, dans le même temps, l'oeuvre exploite avec maladresse ses héros. Le personnage principal devient pour une raison toujours inconnue quasiment invincible et surpasse chaque adversaire qu'il croise, tandis que ses compagnons restent totalement en retrait, et malgré leur potentiel ne servent finalement à rien. Avec toutes ses maladresses narratives et la facilité de l'ensemble, Bleach n'arrive plus à convaincre malgré son univers attrayant. Néanmoins, le manga n'aurait pas le droit à un article sur ce Blog si tout était sombre, et pour une fois, ce n'est pas sur le matériau de base qu'il faut se concentrer mais plutôt sur son excellente adaptation en dessin animé.

Malgré son univers attrayant, l'intrigue de Bleach accumule les maladresses.

D'autant qu'elle est mal exploitée tout comme plusieurs personnages.

Lorsque le dessin animé Naruto est loin de rejoindre son modèle sur papier, le cas est exactement inverse pour Bleach. Loin de l'exploitation commerciale d'autres franchises, le dessin animé s'appuie sur un rythme effréné qui surpasse celui du manga. L'excellente animation permet des combats beaucoup plus vivants et l'aspect visuel est marqué par des couleurs vives, de nombreux effets spéciaux et une utilisation ingénieuse de la lumière pour marquer le passage dans le monde des esprits. L'excellent doublage Japonais (où l'on retrouve avec surprise le doubleur de Sasuke pour la voix d'Ishida) renforce également l'immersion, de même que la musique donne une sacrée énergie à l'action, malgré son caractère répétitif et parfois simpliste (on se lasse vite de l'air comique ou triste). A noter toutefois le morceau "Number One" qui étonne par son aspect assez rock, ce qui est plutôt inhabituel dans les mangas. Plus beau, plus divertissant, plus dynamique et surtout plus classe, la version animée de Bleach enterre sans peine sa source originale et confère une personnalité accrue à cet univers grâce à la gestuelle ultra stylisée des personnages.

La générosité du dessin animé dans son divertissement parvient à surpasser les lacunes narratives de l'oeuvre originale, du moins pour un certain temps. En effet, avec son rythme ultra rapide, l'animé adapte un volume du manga en quelques épisodes seulement, quand d'autres en mettent volontairement trois fois plus longtemps. Il n'aura donc pas fallu attendre un long moment avant de voir arriver les si redoutés HS (hors-sujets) qui comme d'habitude font surtout office de remplissage. Moins nombreux et moins catastrophiques que ceux de Naruto, ils sont néanmoins assez rébarbatifs et sont plutôt à éviter. Aussi, mieux vaut faire un saut de l'épisode 65 jusqu'à l'épisode 110, moment où l'animé reprend la trame du manga. Néanmoins, le dessin animé a la mauvaise idée de mélanger les personnages des HS avec l'intrigue originale du manga, sans doute dans un soucis de cohérence mais au bout du compte cela ralentit plus qu'autre chose l'intrigue principale. Et cette intrigue justement, peut t-on dire qu'il y a de l'amélioration depuis le début? Il serait plus exact de dire que le potentiel de la série est plus grand mais que l'exploitation de l'intrigue, elle, est toujours aussi médiocre.

En effet, après des rebondissements inattendus et un nouveau contexte propice à de grands moments, le manga tout comme l'animé s'enlisent à nouveau dans la facilité, en traînant l'histoire en longueur à travers des combats aussi inutiles qu'ennuyeux. L'auteur a visiblement compris qu'il avait là une bonne machine à fric et s'est sans doute dit qu'il allait l'exploiter le plus possible sans trop se fatiguer. L'oeuvre étant déjà affaiblie par sa trop grande simplicité, cette nouvelle diminution narrative entraîne que même le dessin animé finit par lasser, et à ce rythme les adeptes de la série risquent eux aussi d'être blasés.

Energique, stylisé et assez joli, le dessin animé parvient à compenser les faiblesses du manga, du moins pendant un certain temps.


Mais quand même...Quelle classe!

Si vous cherchez autre chose que du divertissement dans Bleach, passez votre chemin. Si toutefois l'univers vous semble attrayant, misez davantage sur le dessin animé beaucoup plus abouti et énergique que le manga original. Même si l'oeuvre procure des moments de pur plaisir visuel comme on n'en voit que dans les mangas, le fossé de plus en plus grand de l'intrigue risque d'être préjudiciable à long terme à la série. L'oeuvre peut toutefois être fière de disposer d'une excellente adaptation animée, ce qui lui confère un avantage certain vis à vis de ses concurrents qui n'ont pas eu droit à un traitement aussi soigné lors de leur passage en animation. Mais même la version animée de Bleach ne suffira pas si le matériau de base ne s'enrichit pas davantage. Néanmoins, la série est plutôt jeune comparer à sa grande réputation et l'animé n'en est "qu'à 154 épisodes" à l'heure où ses lignes sont écrites. Il n'est donc pas impossible que Bleach gagne encore en qualité et soit à nouveau mentionné dans ce Blog.

Pour finir, comme d'habitude, voici quelques images et wallpapers sur ce manga, le dernier à être présenté sur ce Blog de l'année 2007!

Un personnage qui aurait mérité un bien meilleur rôle.

Le combat emblématique de la série.

Décidément, rien à voir avec les Shinigami de Death Note.

JE SUIS LE HEROS DONC JE NE PEUX PAS PERDRE!!!

Pour finir, un peu d'humour.

Vous me décevez beaucoup, monsieur Kurosaki...

Faut avouer que c'est vraiment de l'excellent travail.



Publié dans Mangas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

agar 30/10/2008 18:53

hahaalors là avec le wallpaper de naruto t'a assurrer grave mon vieux tu t'es surpasser