Wachmen: la redécouverte morbide du mythe des super héros

Publié le par Leon9000

Malin Akerman et Patrick Wilson. Paramount Pictures France

La réunion des geeks, c'est bien içi?

Aprés le triomphe de l'adaptation du comic 300 de Frank Miller, le réalisateur Zack Snyder, toujours à la recherche de nouvelles prouesses visuelles à accomplir, s'attaque à une bible de la bande dessinée en l'occurence l'oeuvre Watchmen du maître Alan Moore réputée inadaptable au cinéma. Aprés la simplicité de 300, davantage focalisé sur son esthétique incroyable que sur la qualité de son intrigue, les doutes étaient permis sur la capacité de Snyder à adapter cette oeuvre d'une grande complexité où l'action n'était pas au premier plan. Pourtant dés les premières minutes du film, les quelques craintes à ce sujet s'estompent rapidemment car au delà de ses quelques affrontements spectaculaires, l'élément central de Watchmen est bel et bien son intrigue d'une grande richesse et d'une maturité innatendue.

L'originalité du récit est de proposer une réécriture de la guerre froide où la politique du monde a pris une tournure différente suite à l'action des super héros. Outre le fait de retranscrir efficacement la paranoia autour de l'apocalypse nucléaire particulièrement vivace à cette époque, l'histoire met également en avant l'inutilité de la présence des super héros dont leurs actions causent davantage de mal que de bien dans un monde où ils n'ont plus leur place. Derrière leurs costumes volontairement kitch à souhait, ces anti super-héros dissimulent leurs troubles personnels et leur dégout de l'espèce humaine. L'élément le plus admirable de Watchmen est finalement de proposer à travers cette bande de super héros extravagants un portrait effroyablement réaliste de l'homme et de notre monde. Au delà de la beauté visuelle du film, c'est finalement l'amertume et la violence de cette sombre et pessimiste intrigue qui surprend et fascine. A l'heure où la plupart des gigantesques productions américaines se focalisent de plus en plus sur un banal divertissement et pas toujours de qualité, Watchmen étonne à maintes reprises par sa narration audacieuse et son refus de se tourner vers un produit conventionnel.

Jackie Earle Haley. Paramount Pictures France

Le temps des super héros d'une grande bonté semble révolu, désormais ces personnages à l'âme torturée sont dépassés sur la cruauté d'un monde impitoyable: le notre.

Le récit est superbement mené par Zack Snyder qui tout en livrant plusieurs plans d'une beauté stupéfiante livre un film beaucoup plus intimiste qu'il n'y paraît. Il est néanmoins facile de reconnaître le réalisateur de 300 derrière la caméra, sa mise en scène extrêmement esthétique et stylisée (parfois un peu trop) parvient une fois de plus à atteindre une suprématie visuelle mais tombe parfois dans une certaine démesure déplacée, même si le cinéaste évite la plupart du temps de nuire à l'intelligence du récit par une surenchère d'action. La bande son renforce magistralement l'ambiance apocalyptique du film et devrait faire le bonheur des amateurs des bons vieux morceaux des seventies.

Portée par une beauté visuelle incontestable, Watchmen marquera surtout les esprits par l'audace et la profondeur de son intrigue qui propose une vision bien amère mais malheureusement parfaitement crédible du mythe des super héros. Les cinéphiles qui ne supportent plus de voir débarquer tous les mois dans les salles obscures une nouvelle adaptation d'un super héros américain apprécieront de découvrir enfin une réécriture morbide et désespérée de cet idéal du rêve américain. Il était difficile de croire qu'on verrait cette année un tel film dôté d'un budget titanesque proposer un récit d'une telle noirceur, en cela Watchmen s'impose incontestablement comme l'une des meilleures surprises de cette année cinématographique. La maturité de ce film n'est d'ailleurs pas si éloignée de celle d'un certain Dark Knight dont la richesse de l'intrigue au détriment de l'action avait également portée ses fruits, les deux films ayant d'ailleurs une longue durée (2h40 chacun) nécessaire à l'exploration profonde de leur sombre univers.



Publié dans Films vus en salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Darkskywalker 15/03/2009 23:52

Content de mon côté que tu suives toujours ce Blog lol

Je n'ai malheureusement plus beaucoup de temps pour écrire des articles mais avec le blocus des universités qui s'éternise je peux au moins poster mes impressions sur les films de nos belles salles obscures.

lili 14/03/2009 21:18

Contente de te revoir reprendre le blog un peu ! \o/

Je ne poste pas souvent, mais je suis tes articles toujours avec grand intérêt ;-)

Pour ce qui est de Watchmen... Hum, j'ai peur qu'il soit un peu trop sombre et violent pour moi... Je le verrai sûrement à la télé plutôt qu'au ciné !
Mais effectivement, il me semblait à première vue de bonne qualité !

Bizz, et à bientôt ! ^-^
Lili