Wolverine: le Highlander des super héros

Publié le par Leon9000

Hugh Jackman. Twentieth Century Fox France

Wolverine n'aime pas qu'on le dérange pendant son bain.

 

Invulnérable, immortel, d’une force et d’une agilité surhumaine, disposant de griffes tranchantes et d’un pouvoir d'auto guérison, il fallait en plus que Wolverine ait subi une opération implantant dans son corps le métal le plus solide au monde le transformant ainsi en l’arme ultime. Il n’est pas étonnant qu’avec un tel parcours à son actif, Wolverine soit devenu le mutant le plus apprécié des fans de comics. Après avoir pris la première place de l’équipe des mutants de la trilogie X Men (en volant au passage la vedette à un certain Cyclope), Logan se voit ainsi offrir le premier spin off d’une saga cinématographique de super héros, destiné à lever le voile sur le mystérieux passé du mutant (une chose que le deuxième film X Men avait oublié de faire). L’interprète de Wolverine, Hugh Jackman, est particulièrement conscient que ce rôle lui a permis d’acquérir une réputation internationale et est donc bien décidé à ne pas laisser mourir la franchise X Men. Reprenant pour la quatrième fois le rôle de Logan (un record avec Christopher Reeves pour Superman) , l’acteur s’est également fortement impliqué dans l’élaboration du film dont il a supervisé la préproduction, la production et la postproduction.

C’est également lui qui a choisi le réalisateur Gavin Hood, connu pour avoir mis en scène Mon nom est Tsotsi, pour réaliser Wolverine, un choix audacieux dans la mesure où il est rare de voir des réalisateurs de films indépendants aux commandes de blockbusters hollywoodiens, une audace qui semble de plus portée ses fruits durant les premières minutes du film. Après le drame familial qui anéantit l’enfance du héros, le début du récit montre Wolverine traversant tous les conflits qui ont parsemés le vingtième siècle. Intensifiée par une mise en scène nerveuse, un montage astucieux et la musique efficace de Harry Gregson Williams, la séquence d’introduction du film provoque un impact efficace et surprend par sa violence et sa sauvagerie, laissant ainsi espérer que le film saura marquer son originalité dans le milieu des super héros.

Hugh Jackman et Liev Schreiber. Twentieth Century Fox France

Il faut sauver le soldat Logan


Malheureusement le désenchantement ne se fait pas attendre et très rapidement le film accumule les maladresses et les déceptions. La première erreur principale du film est de faire intervenir dans le récit un grand nombre de mutants, en dehors de Wolverine, des protagonistes qui alourdissent considérablement le récit censé être concentré sur un seul mutant. Ces personnages secondaires sont de surcroît réduits à des rôles anecdotiques servant simplement à attiser l’appétit du fan des comics et semblant en permanence faire dévier l’intrigue de son véritable sujet. Dés les dix premières minutes du film, Wolverine se trouve ainsi relayé au rôle de simple spectateur des prouesses de ses camarades mutants, avant de repartir dans une vie apaisée puis de se retrouver à nouveau dans un complot international. Au fur et à mesure que le film évolue, il apparaît de plus en plus évident que le récit est incroyablement mal maîtrisé. Wolverine enchaîne les séquences sans aucune cohérence et ne semble jamais prendre le temps d’approfondir son sujet. La réalisation, malgré ses débuts prometteurs, se révèlera finalement décevante et aura beaucoup de peine à insuffler de l’intensité au film que ce soit dans ses séquences dramatiques ou dans ces scènes d’action, généralement médiocres à l’exception d’une course poursuite spectaculaire et d’un duel final sympathique.

Alors que le film s'annonçait comme la fresque épique des super héros, son intrigue est tellement distordue que Wolverine passe sans cesse d’un extrême à l’autre et finit au bout du compte par en être ridicule. L’apparition de plusieurs figures emblématiques de la saga ne parvient pas à atténuer l’échec du film qui semble avoir complètement loupé son sujet. L’ennui et la lassitude finissent par être les sentiments dominants dans un film où finalement l’élément le plus impressionnant tend de plus en plus à être l’incroyable pauvreté de certains effets spéciaux semblants sortir d’une version inachevée du film. Le dénouement du film achève de briser la patience du spectateur en livrant une explication ridicule à la perte de mémoire de Logan et c'est sur un constat bien négatif que le générique de fin daigne enfin apparaître.

Taylor Kitsch. Twentieth Century Fox France

Un personnage qui tient davantage de l'ordre du "fan service" que de l'utilité narrative.


Wolverine est t-il un film réellement achevé ? Telle est la question qu’on est en droit de se poser après avoir vu une œuvre basculant d’un extrême à l’autre, au récit déviant sans cesse de son sujet, disposant d’effets spéciaux de série B et ne semblant jamais posséder un vrai fil conducteur, à croire que le réalisateur ne s’est pas donné la peine de voir son film avant de le livrer aux salles obscures. Et c’est un sentiment d’autant plus frustrant que le potentiel du film est bel et bien réel comme le témoigne sa superbe séquence d’introduction. Wolverine aurait ainsi pu devenir entre de meilleures mains le grand film épique de l’univers des super héros mais il ne laissera comme souvenir dans les mémoires que le plus mauvais volet de la saga X Men et l’une des plus grandes déceptions de cette année 2009.

Hugh Jackman. Twentieth Century Fox France

Hugh Jackman. Twentieth Century Fox France



Publié dans Films vus en salles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ashtray-girl7 01/05/2009 15:06

Rien à redire, c'est exactement ce que j'ai ressenti devant le film: un gâchis monumental frôlant le grand n'importe quoi, qui aurait mérité mieux, vachement mieux. Super déçue.