24 Heures Chrono Saison Une: vous trouvez votre vie déprimante? Regardez donc celle de Jack Bauer.

Publié le par Leon9000

Il était grand temps de découvrir les journées apocalyptiques de Jack Bauer qui, pendant 24 heures chrono, affrontera les machinations les plus diaboliques sur un rythme d’enfer. La série compte déjà plus de cinq journées de cauchemar pour l’agent fédéral et connue entre autre pour son compte à rebours hyper stressant et son héros qui prend en cachette deux boites de calmants par épisode, 24 Heures Chrono a reçu un nombre considérable de louanges depuis sa création, et à la vue de la première saison de la série, qui n’était alors pourtant que le commencement d’un projet totalement nouveau et ambitieux, on peut dire que ces louanges sont plus que mérités. Embarquez vous donc aux côtés de Jack Bauer pour une course contre la montre infernale, vous ne verrez pas le temps passer.

 

 

 

"J'aurais mieux fait de me coucher tôt, hier".

 

L’élément fondateur de la série est donc sa narration en temps réel d’une journée entière, permettant de suivre pas à pas les personnages et le déroulement de l’intrigue, et d’instaurer dans la série un compte à rebours très stressant, l’intrigue étant menée sur un rythme très rapide sans pour autant délaisser les séquences d’émotion et de suspense. Car c’est entre autre les difficultés que pose une telle narration, trouver un équilibre entre un rythme rapide mais qui pourrait facilement devenir ridicule si la somme des rebondissements de l’histoire était un peu trop forte  pour tenir en une seule journée et un certain réalisme qui fait que les personnages ne peuvent pas non plus se déplacer à la vitesse de la lumière d’un endroit à un autre alors qu’il n’est pourtant pas forcément intéressant de voir Jack Bauer faire le tour de Los Angeles pour la dixième fois, de simples voyages en voiture devenant ainsi un soucis pour la cohérence du scénario.

 

Et bien, on aura beau chercher de grandes erreurs dans la narration, force est de constater que le travail des scénaristes et du réalisateur est impeccable, l’illusion de vivre une journée minute par minute est bel et bien présente, la tension accumulée au fil des minutes devient vite insoutenable et ne diminue quasiment jamais en intensité sans pour autant que la série verse dans l’irrationnel, le scénario s’attachant à poser un regard lucide et crédible sur ces machinations politiques. Pour réussir ce tour de force, qui n’était guère aisé, 24 Heures Chrono dispose de plusieurs atouts, à commencer par la diversité des personnages. L’intrigue de la saison est traitée sur une grande échelle, les rebondissements sont loin de concerner uniquement Jack Bauer et son entourage, aussi lorsque les péripéties de l’agent fédéral connaissent momentanément un temps mort, la série bascule rapidement vers d’autres personnages, tous plus ou moins touchés par la machination, mais dont certains possèdent une place quasi aussi importante dans la saison que Jack Bauer.

 

Il y a également le fait qu’un épisode de la série ne dure pas exactement une heure. A plusieurs reprises, l’intrigue fait de petits sauts dans le temps , souvent de cinq minutes, afin d’aller rapidement à l’essentiel de l’histoire, ce qui donne lieu à ces fameuses séquences où le compte à rebours continue avec un tic tic stressant en arrière fond, en montrant sur plusieurs séquences regroupées en une seule image, la situation présente des personnages. Enfin, la narration ne serait rien sans l’efficacité magistrale du scénario, privilégiant les machinations diverses aux rebondissements vifs et brutaux, 24 Heures Chrono étant avant tout une série dont la réussite réside dans le suspense et la tension instaurée par la narration et l’intrigue, que sur les scènes d’action. Il convient d’ailleurs de louer une fois de plus l’immense talent des scénaristes qui ont vraiment réalisé une vraie prouesse en créant un récit si stressant et si captivant du début à la fin, en instaurant tout de même un minimum de réalisme. Il est vrai que les scénaristes des dernières séries à succès se surpassent dans leur talent, mais aucune autre série n’a eu droit à une intrigue si passionnante et qui maintient avec autant d’efficacité le suspense du début à la fin de l’histoire.

 

Une intrigue passionnante et d'une taille immense...

 Le tout mené à travers une narration stressante à souhait et sans aucun temps mort...

 

 

 

 

 

 

L’intrigue et la narration de 24 Heures Chrono suffisent donc déjà à rendre cette série culte, mais ce serait un blasphème de ne pas faire l’éloge de la réalisation de la série, qui dépasse largement une bonne mise en scène cinématographique. Même si dans le domaine de la réalisation également, les dernières séries ont montré une amélioration considérable comparer à leurs prédécesseurs d’il y a quelques années, on pourrait oser dire que ces séries se font battre à plate couture par la mise en scène de 24 Heures Chrono qui n’a vraiment rien à envier au cinéma. Quant aux interprètes, la distribution générale est très talentueuse, et les acteurs arrivent réellement à donner vie à leurs personnages, ce qui est d’autant plus remarquable, compte tenu de la diversité des rôles de la série, avec en tête bien sûr, Kiefer Sutherland sans qui Jack Bauer n’aurait pas eu la réputation qui est désormais la sienne. Réalisation et interprétation digne d’un grand film d’espionnage, narration et intrigue surclassant largement toutes celles des autres séries, la série 24 Heures Chrono a t-elle des défauts ?

 

Sincèrement, il est vraiment difficile de trouver des éléments nuisant à la série, bien sûr si on cherche dans les moindres détails, il apparaît tout de même que la somme des évènements qui arrivent à Jack Bauer en une seule journée est un peu trop exagérément importante, mais la saison une de 24 Heures Chrono se rattrape tellement de la perfection que l’on pourrait presque dire avec amusement que les seuls défauts notables de la série sont le décalage crée parfois avec Kim Bauer, la fille de l’agent fédéral, au décolleté plongeant mais à la cervelle un peu vide, et quelques clichés sur des terroristes serbes très méchants. Mais il est tout de même impressionnant que la série atteigne un tel niveau de qualité à sa première saison seulement, alors qu’elle inaugurait un principe totalement nouveau et risqué. On ne peut donc qu’espérer que les prochaines saisons amélioreront encore davantage l’immense qualité de la série. La saison une de 24 Heures Chrono reste quoiqu’il en soit l’une des preuves les plus remarquables qui témoignent que les séries télévisées sont en marche pour concurrencer sérieusement le cinéma. Chapeau Jack.

 

 

Et avec une mise en scène magistrale et un casting excellent...

Voilà comment on obtient une série culte qui rivalise avec le cinéma.



Publié dans Séries

Commenter cet article

satoris 16/03/2007 20:23

une qualité cauchemardesqueComment lutter contre le plaisir d'enchainer les épisodes et saisons de cette série. Le seul pb ici c'est l'addiction. Un casting royal, des prouesses jubilatoires de scénario où l'improbable nous saisit comme une simple réalité. Un feu d'artifice de pertinence qui ne céde jamais à la regression de l'action pure et gratuite.

harry 14/02/2007 18:07

C'est THE SERIE !!! J'ai acheté le coffret des 4premieres saison et je peut te garantire que celles qui suivent sont tout aussi bien (voir mieux)

John 05/02/2007 23:10

Content que tu accroches Darky
La série est classe de chez classe, Jack Bauer est vraiment baron...c'est mon héro à vrai dire lol.. James Bons n'est qu'une fiotte à côté ^^
Les autres saisons gardent le même rythmes tu verras, même si quelques ficelles sont réutilisées au fil des années, rendant la surprise moins efficace qu'au début. ...mais who cares? Ca reste halletant et c'est ca qui est important.
Tu auras remarqué que niveau réalisation, mise en image...c'est relativement novateur également. Ils ont vraiment crée un style...en utilisant énormément le zoom cadré rapide sur un perso avant de valser sur un autre plan plus large...ca donne bcp de rythme . Bref c'est classe comme série
On en reparlera certaiment^^