Smallville saison 6: Clark Kent ne vole pas encore mais sa série décolle.

Publié le par Leon9000

Kyle Gallner, Justin Hartley, Tom Welling, Alan Ritchson & Lee Thompson Young.

We are the prince of universe!

Il est agréable de voir une série visionnée depuis longtemps parvenir à évoluer pour rester au niveau d'exigeance des séries actuelles. Smallville avait au départ conquis de nombreux fans pour son humanisme et son utilisation ingénieuse de la mythologie Superman qui parvenaient à combler les grandes lacunes de la série sur le plan narratif avec ces intrigues niaises voir ridicules. Toutefois, vint alors ce qu'on pourrait appeller "la raz de marée des séries télé" où les oeuvres du petit écran eurent en un trés court laps de temps une augmentation considérable de leur qualité, autant dans la réalisation que dans l'intrigue. Face à des séries télévisées qui parvenaient à dépasser le cinéma en terme de qualité et même de succés, bien des séries autrefois trés respectées prirent rapidemment un sacré coup de vieux et furent obligés de s'adapter au niveau d'exigeance trés élevé des séries modernes afin de subsister.

Si plusieurs d'entre elles comme Stargate arrivèrent à tenir le niveau voir même à atteindre leur niveau de perfection, d'autres comme Dead Zone ou Alias eurent moins de chances, et au regard des dernières saisons de Smallville qui avaient évoluer sur le plan de la mise en scène mais plutôt regressées dans leur intrigue, on pouvait craindre que le pauvre Superman achève sa ressurection à la télévision au cours d'une sixième et ultime saison.

D'où le fort contentement de voir qu'au dépit de maints défauts, la nouvelle saison montre dés les premiers épisodes que la série n'est pas prêt de se faire oublier et compte bien rester dans la course. Il est visible que l'équipe de la série a tout donner pour répondre aux demandes élevées du public et on peut dire que l'effort a été fructueux. Tout d'abord sur le plan de la réalisation, sans atteindre la grandeur d'un 24 Heures Chrono, la série montre une évolution surprenante et livre une mise en scène extrêmement travaillée notamment sur des jeux de lumière trés efficaces. Le budget de la série est d'ailleurs assez conséquent et livre une belle distribution de décors et d'effets spéciaux même si la série se montre parfois un peu trop gourmande là dessus.

Mais c'est surtout dans l'intrigue que la série fait d'immenses progrès. Finis ces histoires secondaires sur des mutants dopés à la kryptonite qui plombaient considérablement la série et qui n'appartaient rien à la trame principale, désormais chaque épisode de la série fait évoluer l'intrigue et y apporte un nouvel élément. Ainsi Smallville a réussi à passer un grand cap des séries actuelles: obliger le spectateur à suivre la saison en intégralité et non se contenter de livrer des épisodes sans liens apparants et pouvant se visionner séparément (une grande différence entre les séries anciennes et modernes). Au niveau de l’intrigue en elle même, la nouvelle saison fait évoluer ses personnages de manière intelligente et cohérente gagnant ainsi en profondeur et en noirceur. La saison fait parfois preuve de beaucoup d’audace comme cet excellent hommage aux films noirs des années 50. Mais on pourrait dire aussi qu’elle est un peu trop ambitieuse, le scénario est parfois tellement confus qu’on ne sait plus où donner de la tête et on doute un peu de la cohérence de l’évolution du scénario. De plus, compte tenu de la qualité de la saison, l’épisode final se révèle assez décevant. La série n’atteint donc pas les sommets mais parvient étonnamment à suivre le niveau élevé des séries actuelles et satisfait ainsi les fans de la première heure qui avec cette saison, incontestablement la meilleure de la série, ne sont pas prêts de décrocher.

A noter également que la mythologie Superman et plus généralement celle des DC Comics y est beaucoup plus exploitée, et si Superman n’a pas encore enfilé sa cape rouge ou que l’on n’a toujours pas assister à l’apparition tant espérée de Bruce Wayne-Batman dans la série, Clark Kent se rapproche toutefois beaucoup de son but et semble être dans la phase finale de son parcours. A moins que la série poursuive plus loin que ce qui était initialement prévue et vu la qualité de la saison on ne s’en plaindrait pas. Il est peut être nécessaire à présent d’avoir une culture un tant soit peu développée des comics pour arriver à saisir tous les cheminements du scénario.



Publié dans Séries

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lolotte 22/08/2007 15:04

Smallville c ma serie préféré c tro géniale et c la meilleur!!